Afrique Ameriques Asie Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Publications

Internet sous surveillance

Alors que les démocraties glissent peu à peu dans la surveillance, les régimes autoritaires renforcent leur mainmise sur le Réseau. Avec plus de soixante cyberdissidents derrière les barreaux et des systèmes de censures toujours plus efficaces, la situation s’est encore aggravée ces deux dernières années. Dans son rapport 2004, Reporters sans frontières recense les nouvelles entraves à la circulation de l’information sur le Réseau.

Consulter le rapport en ligne

Consulter le rapport en ligne
Dans son rapport 2004 "Internet sous surveillance", Reporters sans frontières détaille la situation de la liberté d’expression sur le Net dans près de soixante pays. Premier constat : les droits des internautes, des éditeurs de site et des journalistes en ligne ont fortement régressé depuis les attentats du 11 septembre 2001. La lutte contre le terrorisme a en effet entraîné un renforcement du contrôle de la Toile, aussi bien dans les démocraties que dans les régimes autoritaires.

Quatre pays emprisonnent leurs citoyens lorsqu’ils abordent sur le Web des sujets "subversifs" : la Chine (63 cyberdissidents derrière les barreaux), le Viêt-nam (7), les Maldives (3), la Syrie (2). La censure des publications en ligne n’a cessé de s’étendre, les dictatures développant des technologies toujours plus sophistiquées pour filtrer le Réseau. Là encore, la Chine et le Viêt-nam sont passés maîtres en la matière.

Mais les régimes saoudien, iranien, tunisien ou turkmène bloquent eux aussi l’accès à un éventail extrêmement large de sites, balayant de la pornographie aux magazines indépendants, en passant par les pages touchant aux religions interdites et aux droits de l’homme. Certains pays adoptent une position encore plus radicale. Les régimes cubain, birman et nord-coréen ont ainsi réservé l’utilisation d’Internet à une infime minorité de leur population plutôt que d’investir dans de coûteux systèmes de surveillance.

Les démocraties ont également peu à peu rogné les libertés individuelles de leurs internautes. Les objectifs sont louables : lutter contre le développement des contenus pédophiles en ligne, collaborer au démantèlement des réseaux terroristes, protéger leurs industries culturelles contre le piratage, etc. Toutefois, les gouvernements peinent à trouver un équilibre entre le droit des internautes à s’exprimer, le respect de la confidentialité des communications et des enjeux financiers et sécuritaires de plus en plus prégnants. Résultat, aujourd’hui, dans la plupart des régimes démocratiques, Internet est sous le coup d’un régime juridique beaucoup moins protecteur de la liberté d’expression que celui des médias traditionnels.

Consulter le rapport en ligne



 


Présentation de Reporters sans frontières

Contactez-nous
dans le monde
en France

Rapport d’activité 2006
I. La situation de la liberté de la presse dans le monde en 2007
II. L’année 2006
III. Les modes d’action de Reporters sans frontières
IV. Comment nous aider

comptes
Structure des charges et des produits
Utilisation des fonds
Consultation des comptes : comptes annuels au 31/12/2007

publications
Tunisie, le livre noir
Algérie, le livre noir
Chine, Le livre noir
Cuba, le livre noir
Internet sous surveillance
Israël/Palestine, le livre noir
La guerre en Irak, Le livre noir
Le Guide pratique du journaliste
Le Tour du monde de la liberté de la presse

L'agenda de Reporters sans frontières