Afrique Ameriques Asie Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 


Reporters sans frontières rend publique sa "liste noire" des ennemis de la liberté de la presse

La "liste noire" recense les noms de tous les individus s’étant rendus personnellement coupables de crimes ou de délits graves à l’encontre de journalistes ou de médias et qui continuent d’échapper à la justice.

L’organisation demande aux autorités des pays concernés que des enquêtes sérieuses et impartiales soient menées sur ces affaires et que les responsables soient jugés et sanctionnés.

Bangladesh


Liste noire dans ce pays :
Haque, Nurul (Leader du parti Jamaat-e-Islami)
Menaces de mort
Hossain, Mofazzal (Officier de police)
Enlèvement ou séquestration
Uddin, Sultan Salah (Leader du parti politique Jubodal)
Menaces de mort
Suman, Sayeed Hasan (Leader du parti politique Purba Bangla Communist Party (PBCP))
Attentat ou tentative d’attentat
Talukder, Shahidul Alam (député et dirigeant local du BNP (Bangladesh Nationalist Party))
Agression


Prédateur de la liberté de la presse :
Groupes islamistes armés
 

Liste noire : Bangladesh
 

Auteur : Talukder, Shahidul Alam 
Fonction : député et dirigeant local du BNP (Bangladesh Nationalist Party) 
Type d'atteinte : Agression
Lieu : Baufal , Bangladesh
Date : 12 août 2005
Etat de la procédure : Aucune procédure en cours
Nom et média de la victime : Manjur Morshed, ancien correspondant du quotidien Ajker Kagoj, en passe de devenir celui du Jugantor.

Récit de l'affaire :

Le 9 août 2005, au lendemain de la publication d’un article dans le quotidien national Jugantor le mettant en cause dans une affaire de corruption, Shahidul Alam Talukder a frappé Manjur Morshed après l’avoir fait venir de force devant lui avec l’aide d’une dizaine de ses hommes de main. Le président et le secrétaire général du Club de presse, présent lors de la bastonnade, ont été roués de coups alors qu’ils tentaient de s’interposer. Manjur Morshed a été relâché dans la nuit, couvert d’hématomes. Contacté par téléphone par Reporters sans frontières, Shahidul Alam Talukder a nié toute violence : « Je ne l’ai jamais battu. » Mais, après cette agression, ses partisans ont continué à menacer les journalistes de Baufal, en défilant devant le Club de la presse. Effrayés, de nombreux journalistes ont fui la ville. La police n’est pas intervenue pour défendre les journalistes. Un officier, Nur Muhammad, se serait rendu aux domiciles de plusieurs correspondants pour les menacer d’enregistrer de fausses plaintes contre eux s’ils continuaient à protester contre le député du BNP. Le député n’en était pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà agressé Al-Mamun, correspondant du Prothom Alo, Jitendranath Roy du quotidien Jugantor et Kamruzzaman Bachchu du quotidien Janakantha. Il avait également menacé plusieurs journalistes, dont Bachchu, de leur couper la main s’ils s’avisaient d’écrire des articles le mettant en cause.

lire l’article