Afrique Ameriques Asie Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 


Fabio Prieto Llorente
Cuba

Fabio Prieto Llorente a été arrêté en mars 2003, lors de la vague de répression sans précédent lancée par le gouvernement cubain, et condamné à 20 ans de prison pour « atteinte à l’indépendance et à l’intégrité territoriale de l’Etat cubain ».

Il avait commencé à travailler comme journaliste en 1997 au sein de l’agence Havana Press. Les deux dernières années précédant son arrestation, il a exercé son métier en indépendant et a fondé l’Agence indépendante Agencia de Prensa Independiente Isla de Pinos (ou Isla de la Juventud), île dont il est originaire.

Fabio Prieto Llorente a d’abord été détenu à la prison Kilo 8 de Camagüey (Est), à plus de 600 kilomètres de Isla de la Juventud, où réside sa famille. Il a été transféré, le 18 janvier 2006, à la prison El Guayabo de l’Ile de la Jeunesse, dont il est originaire. Il est régulièrement enfermé au cachot et a entamé, depuis le début de son incarcération, plusieurs grèves de la faim pour protester contre ses conditions de détention. Il dénonce ainsi les mauvais traitements, la mauvaise alimentation, l’impossibilité de faire des promenades et de sortir à l’air libre pendant plusieurs jours.

Depuis le début de l’année 2005, l’état de santé du journaliste ne fait qu’empirer. Il souffre de nombreux maux pour lesquels il ne reçoit aucun traitement. La détérioration de ses conditions de détention, l’humidité de sa cellule et l’absence d’une hygiène minimale font craindre pour sa vie.

Il y a plus de 16 ans, Reporters sans frontières mettait en place « le parrainage » et appelait les médias internationaux à soutenir un journaliste emprisonné. Plus de 200 rédactions dans le monde soutiennent ainsi un confrère en demandant régulièrement sa libération aux autorités concernées et en médiatisant sa situation pour que son cas ne tombe pas dans l’oubli.

Fabio Prieto Llorente est ainsi soutenu par :

France : Libération, Grands Reportages, L’Express et lexpress.fr, la Mairie d’Arlanc, le député européen Bernard Lehideux ; le Festival international du scoop et du journalisme d’Angers, L’Expansion , Club de la presse Auvergne

Belgique : Journal des enfants-Coup d’oeil, Métro Belgique

Canada : Le Journal de Montréal, The Link, Toronto Sun, La Grande Epoque

Espagne : Vocento, Onda Cero


 

Monsieur l’Ambassadeur,

Je me permets d’attirer votre attention sur le cas de Fabio Prieto Llorente, détenu depuis le 19 mars 2003. A notre connaissance, ce journaliste n’a fait qu’exercer son métier, garanti par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Je vous demande donc d’intervenir auprès de votre gouvernement afin d’obtenir sa libération immédiate.

Veuillez agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de ma haute considération.



Identifiants personnels

Si vous avez un site Web, vous pouvez l'indiquer ci-dessous

Lien hypertexte (optionnel)