Afrique Ameriques Asie Europe Moyen-Orient Internet
 
Nations unies10.05.2006

L’Arabie Saoudite, Cuba, la Chine et la Tunisie élues au nouveau Conseil des droits de l’homme : "On prend les mêmes et on recommence"

L’Algérie, l’Arabie Saoudite, l’Azerbaïdjan, le Bangladesh, la Chine, Cuba, le Nigeria, le Pakistan, la Russie et la Tunisie ont été élus, le 9 mai 2006, au nouveau Conseil des droits de l’homme. "Ces dix pays qui violent la liberté d’expression ont été choisis pour garantir la protection des droits de l’homme dans le monde : c’est scandaleux et laisse présager du pire", a déclaré Reporters sans frontières.

L’Algérie, l’Arabie Saoudite, l’Azerbaïdjan, le Bangladesh, la Chine, Cuba, le Nigeria, le Pakistan, la Russie et la Tunisie ont été élus, mardi 9 mai 2006, au nouveau Conseil des droits de l’homme, composé de 47 membres.

"Ces dix pays qui violent massivement les droits des journalistes et la liberté d’expression ont été choisis pour garantir la protection des droits de l’homme dans le monde : c’est scandaleux et laisse présager du pire, a déclaré Reporters sans frontières. On prend les mêmes et on recommence. Rien n’a changé entre la composition de l’ancienne Commission - dont le travail a été unanimement dénoncé par les organisations non gouvernementales ainsi que par de nombreux Etats - et celle du nouveau Conseil. De plus, sept de ces dix pays ont été élus pour trois ans, soit la durée de mandat la plus longue prévue par le réglement du Conseil. Ce mandat est renouvelable une fois. Les réformes adoptées par les Nations unies se sont donc pas suffisantes. L’ONU ne garantira pas plus le respect des droits de l’homme dans le monde demain qu’elle ne le faisait hier".

"Le système des quotas régionaux et le vote à la majorité simple ont permis que des pays parmi les plus répressifs de la planète soient élus parmi les membres du Conseil des droits de l’homme qui se réunira pour la première fois le 19 juin prochain. Quelle victoire pour eux ! Et quelle défaite pour les Nations unies ! Nous sommes profondément déçus, même si le résultat de l’élection n’est pas surprenant. Nous avions d’ailleurs exprimé notre inquiétude, la semaine dernière, concernant la candidature de certains pays", a ajouté l’organisation de défense de la liberté de la presse.

"Nous n’avons plus qu’à espérer que les autres Etats élus et respectueux de la liberté d’expression - l’Allemagne, le Canada, la Finlande, le Japon, le Mali, l’île Maurice, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Suisse, etc. - pèsent de tout leur poids afin que ce Conseil ne se discrédite pas totalement dès son entrée en fonction. La veille de l’élection, Kofi Annan avait affirmé que les pays membres détermineraient ’si le Conseil représente une amélioration ou s’il se contente de poursuivre les pratiques de la Commission sous un nouveau nom’. Aujourd’hui, nous avons la réponse. Ce scrutin a été une occasion manquée de plus", a indiqué Reporters sans frontières.

Les tractations et marchandages habituels lors de l’élection des membres de l’ancienne commission ont également fonctionné. Le Kenya, quatorzième pays candidat pour le groupe africain s’est désisté au dernier moment, entraînant automatiquement l’élection des autres postulants (treize pays pour treize sièges). Par ailleurs, 17 pays élus sur 47 sont membres de l’Organisation de la conférence islamique. "Les alliances et les solidarités régionales, culturelles et religieuses ont été déterminantes dans l’élection des membres du Conseil, bien plus que les engagements des candidats en faveur de la protection des droits de l’homme. Un dernier chiffre inquiétant : environ 90 % des exécutions capitales commises dans le monde en 2005, l’ont été dans des pays membres du Conseil", a conclu l’organisation.

La Chine et Cuba sont les deux plus grandes prisons du monde pour les journalistes. En Arabie saoudite et en Tunisie, la censure est la règle et les journalistes qui oseraient franchir les lignes rouges imposées par les autorités s’exposent à de dures représailles. En Russie, le Kremlin a déjà mis la main sur les principaux moyens d’information du pays, à commencer par les chaînes de télévision. Au Bangladesh, au Nigeria et au Pakistan, les violences contre les professionnels de la presse sont quasi quotidiennes. En Algérie, des dizaines de journalistes risquent la prison à tout moment et le pouvoir multiplie les procès à l’encontre des médias les plus critiques. Enfin, en Azerbaïdjan, l’impunité demeure concernant la mort de deux journalistes en 2005.

Liste des pays élus au Conseil des droits de l’homme et durée de leur mandat (fixée par tirage au sort) :

Etats d’Afrique : Afrique du Sud (1 an), Algérie (1 an), Cameroun (3 ans), Djibouti (3 ans), Gabon (2 ans), Ghana (2 ans), Mali (2 ans), Maroc (1 an), Maurice (3 ans), Nigeria (3 ans), Sénégal (3 ans), Tunisie (1 an) et Zambie (2 ans).

Etats d’Asie : Arabie Saoudite (3 ans), Bahreïn (1 an), Bangladesh (3 ans), Chine (3 ans), Inde (1 an), Indonésie (1 an), Japon (2 ans), Jordanie (3 ans), Malaisie (3 ans), Pakistan (2 ans), Philippines (1 an), République de Corée (2 ans) et Sri Lanka (2 ans).

Etats d’Europe orientale : Azerbaïdjan (3 ans), Fédération de Russie (3 ans), Pologne (1 an), République tchèque (1 an), Roumanie (2 ans) et Ukraine (2 ans).

Etats d’Amérique latine et des Caraïbes : Argentine (1 an), Brésil (2 ans), Cuba (3 ans), Équateur (1 an), Guatemala (2 ans), Mexique (3 ans), Pérou (2 ans) et Uruguay (3 ans).

Etats d’Europe occidentale et autres Etats : Allemagne (3 ans), Canada (3 ans), Finlande (1 an), France (2 ans), Pays-Pas (1 an), Royaume-Uni (2 ans) et Suisse (3 ans).