Afrique Ameriques Asie Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Turquie13.02.2007

Affaire Hrant Dink, jour après jour
"Nous avons tué un homme dont nous ne pouvions accepter les idées." Orhan Pamuk

Le procès, audience après audience

-  12 février 2009 - Affaire Hrant Dink : le ministre de l’Intérieur relance l’enquête

-  28 janvier 2009 - Procès Hrant Dink : des conditions incompatibles avec une justice sereine et impartiale->art 30132

-  17 octobre 2008 - Affaire Hrant Dink : deux policiers refusent de coopérer lors de la réouverture du procès

-  8 juillet 2008 - Première audience ouverte à la presse dans l’affaire Hrant Dink : des avancées, mais le tribunal refuse de verser au dossier les enquêtes sur l’implication des forces de l’ordre

-  6 mai 2008 - Peu d’avancées dans le procès des assassins du journaliste Hrant Dink, mais la prochaine audience sera ouverte à la presse

-  25 février 2008- Procès des assassins de Hrant Dink : des décisions décévantes

-  11 février 2008 - Procès des assassins de Hrant Dink : "Nous doutons que les juges parviennent à établir toutes les responsabilités"

-  28 septembre 2007 - Reprise du procès des assassins présumés de Hrant Dink : “Il faut poursuivre ceux qui savaient”

-  2 juillet 2007 - "Ouverture du procès des assassins de Hrant Dink : La justice doit prouver qu’elle ne cherche à protéger personne"


Suivez les développements de l’enquête sur l’assassinat de Hrant Dink

Lire le communiqué publié à l’occasion du deuxième anniversaire de l’assassinat du journaliste, "Deuxième anniversaire de la mort de Hrant Dink : il faut mettre fin à l’impunité dont bénéficient les forces de l’ordre !"

Lire le communiqué du 25 juillet 2008 "Affaire Hrant Dink : alors qu’un colonel nie toute implication, un rapport parlementaire accuse les forces de l’ordre de négligence"

Lire le communiqué du 6 juin 2008 "Des vidéos négligées par la police montrent que l’assassin présumé de Hrant Dink bénéficiait de complicités"

Lire le communiqué du 21 mars 2008 "Deux gendarmes de Trabzon accusent leurs supérieurs dans l’affaire Hrant Dink"

Lire le communiqué du 6 mars 2008 "Affaire Hrant Dink : la police de Trabzon accuse celle d’Istanbul"

Lire notre dernier communiqué de presse du 13 novembre 2007 Affaire Hrant Dink : deux gendarmes de Trabzon jugés pour "abus de pouvoir"

Lire le communiqué de presse "Affaire Hrant Dink : Reporters sans frontières demande que toutes les preuves soient versées au dossier

Lire le communiqué de presse "Déjà six mois depuis l’assassinat du journaliste Hrant Dink"

Lire le communiqué de presse "Affaire Hrant Dink : la police une nouvelle fois mise en cause par l’un des assassins présumés du journaliste"

Lire le communiqué "Affaire Hrant Dink : selon la police, les assassins sont un groupe d’amis ayant agi de leur propre inititaive sous la conduite de Yasin Hayal"

Lire le communiqué "Assassinat de Hrant Dink : la piste politique fait son entrée dans l’enquête"

Lire le communiqué "Deux mois après la mort de Hrant Dink, ses proches attendent toujours des autorités la preuve de leur détermination à punir tous les responsables"

Lire le communiqué "Négligences et tensions nationalistes au centre de l’enquête sur l’assassinat de Hrant Dink"

Lire le communiqué "Un suspect arrêté pour l’assassinat de Hrant Dink : la police doit poursuivre l’enquête"

Lire le communiqué "Reporters sans frontières "profondément choquée" par l’assassinat du journaliste Hrant Dink"


Qui était Hrant Dink ?

(JPEG) Les professionnels des médias turcs déplorent la mort de Hrant Dink, journaliste d’origine arménienne, assassiné le 19 janvier 2007 à l’âge de 52 ans. Par un geste barbare, son assassin, Ogün Samast, un ultranationaliste turc âgé de dix-sept ans, a réduit au silence une voix plaidant pour la paix et la démocratie. Tout au long de sa carrière, Hrant Dink a mené un combat acharné pour la reconnaissance du génocide arménien et a été récompensé notamment du prix Henri Nannen pour la liberté de la presse. Sa mort a ravivé les divisions entre les nationalistes et les composantes les plus progressistes de la société turque. Controversé, Hrant Dink n’a eu de cesse de renouveler son engagement et a toujours gardé foi en la possibilité d’une réconciliation nationale.

"J’ai le droit de mourir dans le pays qui m’a vu naître"

Né le 15 septembre 1954, Hrant Dink a grandi aux côtés de ses deux frères dans un orphelinat arménien protestant d’Istanbul. Diplômé en zoologie et en philosophie, il fonde, en 1996, le premier hebdomadaire bilingue turco-arménien Agos. Doté d’une plume acerbe et courageuse, il mène un combat sans répit pour la pacification des rapports entre la communauté turque et la minorité arménienne. Il considère Agos comme « un trait d’union entre les communautés turque et arménienne (...), la seule façon de combattre les préjugés profondément ancrés dans la société turque. »

(JPEG) Tout au long de sa carrière, Hrant Dink s’est heurté à l’acharnement administratif et à l’intimidation judiciaire. En octobre 2005, ses écrits lui ont valu une condamnation, en vertu de l’article 301 du code pénal protégeant l’identité turque. Depuis l’adoption de cet article en juin 2005, de graves violations de la liberté d’expression ont été commises et près de 65 journalistes et écrivains ont été poursuivis. Cette disposition légale, dénoncée à plusieurs reprises par Reporters sans frontières, permet à l’Etat turc de maintenir la pression surles médias, les journalistes et les intellectuels : parmi eux Orhan Pamuk, Prix Nobel de littérature, Umur Hozatli, journaliste, et, bien sûr, Hrant Dink. Les propos du journaliste sur le génocide arménien ont été qualifiés d’ « offense à la Turquie ». Il a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir « humilié l’identité turque ». En septembre 2006, il a de nouveau été poursuivi pour avoir qualifié de "génocide" les massacres commis en Anatolie pendant la Première Guerre mondiale, dans un entretien avec l’agence Reuters. Il risquait trois ans de prison.

(JPEG) Considéré comme un traître par les nationalistes, Hrant Dink est devenu la cible des groupes de l’extrême droite turque. Malgré les accusations et les menaces, il a toujours refusé de quitter la Turquie. Lors de sa dernière interview, il confiait : « C’est ici que je veux poursuivre le combat. Car ce n’est pas seulement mon combat. C’est le combat de tous ceux qui veulent la démocratisation de la Turquie. Si je me rends et que je quitte le pays, ce sera la honte pour tous. Mes ancêtres ont vécu dans ce pays, c’est ici que sont mes racines et j’ai le droit de mourir dans le pays qui m’a vu naître ».

Dans son dernier article, paru dans l’édition du 19 janvier d’Agos, le jour même de son assassinat, Hrant Dink livre ses sentiments quant aux poursuites engagées contre lui. Il présente l’émouvant témoignage d’un homme en proie à la peur : « Je me vois effrayé comme un pigeon, mais je sais que da

ns ce pays, les gens ne s’en prennent pas aux pigeons (...). Les pigeons peuvent vivre dans des villes, même dans les foules. Effrayé, certes, mais libre. » Le jeune assassin de Hrant Dink a confessé avoir tiré sur le journaliste pour mettre un terme à ce qu’il considérait comme des insultes aux Turcs.

(JPEG) Hrant Dink laisse derrière lui sa femme, Rakel, et leurs trois enfants. Face au cercueil, orné d’oeillets jaunes et rouges, et devant une foule silencieuse de 100 000 personnes unies dans la douleur, cette dernière a déclaré d’une voix émue : « Nous disons un dernier au revoir à mon bien-aimé, le patriarche de notre famille et la moitié de mon corps. » En quelques mots, elle a également décrit la ferveur qui habitait son mari pour qui n’existait « ni tabous ni intouchables ».

Une vie de luttes

Victime de son combat contre le négationnisme d’Etat, Hrant Dink est l’une des figures de proue de la lutte des Arméniens de Turquie pour une reconnaissance des massacres de 1915. Son assassinat révèle une situation inquiétante dans une Turquie où le nationalisme rampant ne cesse de contaminer les jeunes générations. L’assassinat du journaliste a entraîné un réveil violent et soudain des consciences politiques et citoyennes. Celles-ci se sont élevées en masse pour demander la réforme de l’article 301.

(JPEG) Le jour des funérailles, la présence de hauts dignitaires arméniens et turcs a été interprétée comme le signe d’un réchauffement des relations entre les deux pays. Bien que la Turquie ait reconnu l’Arménie à l’heure de son indépendance en 1991, elle n’a jamais admis sa responsabilité dans le génocide de 1915.

La marche silencieuse de quelque 100 000 personnes, le 23 janvier 2007, témoigne de l’engagement d’une part non négligeable de la population turque pour la défense des libertés. Les personnes présentes aux funérailles, toutes communautés confondues, ont brandi des banderoles sur lesquelles étaient inscrits ses mots : « Nous sommes tous Arméniens. Nous sommes tous Hrant Dink. » Ce slogan est encore plus étonnant dans un pays où « Arménien » constitue encore parfois une insulte. Aujourd’hui, Hrant Dink repose au cimetière arménien d’Istanbul, son combat lui survit.

(JPEG)

Lire les derniers communiqués concernant la Turquie.






Communiqués Europe
4.06 - Kosovo
La diffusion de Rrokum TV toujours suspendue par IPKO
2.06 - Turquie
La journaliste Aylin Duruoglu injustement incarcérée depuis un mois !
2.06 - Ukraine
Mort d’un témoin clé de l’affaire Gongadze : “Un coup dur de plus dans la recherche de la vérité”, selon Reporters sans frontières
2.06 - Russie
Une journaliste russe, condamnée pour avoir révélé des faits de torture, demande l’asile en Finlande
29.05 - France
Le parquet fait appel de la relaxe de la journaliste Isabelle Cottenceau : Reporters sans frontières « consternée »

les archives europe
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000

Rapports
5.02.2009 - Bulgarie
Entre résignation et résistance : la presse à l’épreuve
28.01.2009 - Russie
Rapport d’enquête : Le double assassinat à Moscou aurait un lien avec l’agression du journaliste Mikhaïl Beketov
27.06.2008 - Turquie
Rapport d’enquête sur la détention du journaliste Haci Bogatekin : emprisonné depuis plus de deux mois, il risque dix ans et demi de prison
3.05.2008 - Journée internationale de la liberté de la presse
Union européenne : des journalistes en danger
23.12.2007 - Ouzbékistan
Election présidentielle : Islam Karimov partout, les élections nulle part !
16.03.2006 - Bélarus
Rapport d’enquête : "L’acharnement contre les médias érigé en système"
18.05.2005 - Azerbaidjan
Assassinat d’Elmar Husseynov : l’enquête ne doit pas s’arrêter aux exécutants
29.04.2004 - Roumanie
Entre vieux réflexes et avancées démocratiques, la presse roumaine à la croisée des chemins
10.12.2003 - Azerbaïdjan
Dégradation de la liberté de la presse depuis l’élection de Ilham Aliev à la présidence
25.11.2003 - Recommandations
Lois en matière de diffamation et d’offense : Quels moyens mettre en œuvre pour dépénaliser la diffamation et abroger les lois sur l’offense ?
23.04.2003 - Italie
Conflit d’intérêts dans les médias : l’anomalie italienne
5.11.2002 - Russie
Les médias régionaux victimes des luttes de pouvoir : l’exemple de Penza
4.07.2002 - Ukraine
Rapport Alexandrov
29.04.2002 - Biélorussie
Rapport sur les atteintes à la liberté de la presse en République du Bélarus
20.01.2001 - Ukraine
La vérité mutilée
21.11.2000 - Serbie
Radiotélévision de Serbie : chronique d’un martyre annoncé-1ère partie
21.11.2000 - Serbie
Radiotélévision de Serbie : chronique d’un martyre annoncé-2e partie
21.11.2000 - Serbie
Radiotélévision de Serbie : chronique d’un martyre annoncé-3e partie

Signez les pétitions
Ouzbékistan
Jusuf Ruzimuradov
France
Presse Libre ! Signez l’"Appel de la Colline" de Mediapart et Reporters sans frontières