Afrique Ameriques Asie Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 


Sayed Perwiz Kambakhsh
Afghanistan

Sayed Perwiz Kambakhsh a été arrêté le 27 octobre 2007, pour "blasphème et diffusion de propos diffamatoires à l’encontre de l’islam" dans la région de Balkh (Nord). Sous la pression répétée du Conseil des mollahs et des autorités locales, le jeune journaliste de 23 ans, d’abord condamné à la peine de mort en janvier 2008, a été condamné, le 21 octobre 2008, à vingt ans de prison.

Sayed Perwiz Kambakhsh est étudiant en journalisme à l’université de Balkh et reporter pour le journal Jahan-e-Naw ("Le Monde nouveau"). Inculpé pour avoir "véhiculé des propos diffamatoires", il avait pris sur un site Internet iranien des articles reprenant les sourates du Coran concernant les femmes, document controversé dont il a été prouvé qu’il n’était pas l’auteur. Le président de l’Association des journalistes indépendants en Afghanistan (AIJA), Rahimullah Samandar, affirme que l’incarcération et la condamnation du jeune reporter sont liées à "des articles critiques" écrits par son frère, le journaliste Sayed Yaqub Ibrahimi, sur les autorités de la région de Balkh. Ce dernier dénonce un verdict "injuste" et demande le soutien de la communauté internationale pour sauver son frère.



 

"Monsieur le Président de la République,

Je me permets d’attirer votre attention sur le cas de Sayed Perwiz Kambakhsh, arrêté le 27 octobre 2007 et condamné à vingt ans de prison le 21 octobre 2008. A notre connaissance, cet étudiant et journaliste n’a fait que consulter et détenir un document provenant d’Internet, conformément à la liberté d’expression garantie par la Constitution afghane.

Le jeune reporter a par ailleurs été jugé sans pouvoir être en mesure de se défendre juridiquement, en violation des principes de cette même Constitution. Face à l’urgence de la situation, je vous demande donc d’intervenir auprès de votre gouvernement afin d’obtenir l’annulation de sa condamnation, l’abandon de toutes les charges pesant contre lui et sa libération.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération."



Identifiants personnels

Si vous avez un site Web, vous pouvez l'indiquer ci-dessous

Lien hypertexte (optionnel)