Afrique Ameriques Asie Europe Internet Nations unies
 
Irak22.05.2009

Réouverture de l’enquête sur la mort de Couso

Le jeudi 21 mai 2009, le juge d’instruction espagnol Santiago Pedraz a décidé de rouvrir l’instruction sur la mort du cameraman espagnol, José Couso, tué en 2003 à Bagdad à l’hôtel Palestine par le tir d’un char américain. Trois soldats américains ont été à nouveau inculpés, après l’abandon des charges à leur encontre le 13 mai 2008.

José Couso, cameraman de la chaîne Telecinco, a été tué, le 8 avril 2003, par un tir d’un char américain contre l’hôtel Palestine où logeaient plusieurs centaines de journalistes venus couvrir le conflit en Irak. Taras Protsyuk, cameraman ukrainien de l’agence Reuters, a également été tué au cours de l’incident. Deux autres journalistes et un technicien ont été blessés.

Le 27 mai 2003, David Couso, frère du journaliste, a porté plainte pour « crime de guerre » et « assassinat » contre trois militaires du 64e régiment de blindés de la troisième division d’infanterie américaine : le sergent Thomas Gibson, le capitaine Philip Wolford et le lieutenant-colonel Philip de Camp, commandant du 64e régiment, qui a donné l’ordre de tirer. Cette plainte a été jugée recevable le 21 octobre 2003 par le juge de l’Audience nationale, première instance pénale espagnole.

Le 12 août 2003, une enquête de l’armée américaine avait conclu que le char avait ouvert le feu sur l’hôtel Palestine en état de légitime défense. Le 14 décembre 2006, le Tribunal suprême espagnol a ordonné la réouverture de l’enquête, annulant ainsi le classement de l’affaire le 10 mars 2006.

Le 16 janvier 2007, un mandat d’arrêt international a été lancé à l’encontre des trois militaires responsables du tir, pour « assassinat », demandant ainsi leur extradition. Le 24 mai 2007, le juge a rejeté l’appel du parquet espagnol contre l’inculpation des trois militaires.

Le 13 mai 2008, l’Audience nationale avait considéré que les poursuites reposaient sur des « indices insuffisants », empêchant ainsi le juge d’instruction de poursuivre son enquête. Le 21 mai 2009, Santiago Pedraz annonce disposer d’éléments supplémentaires lui permettant de rouvrir l’instruction. « Il existe des indices raisonnables pour considérer comme auteurs » d’infractions les trois militaires, a estimé le juge dans son procès-verbal d’inculpation.




dans ce pays
1er.06 - Irak
Un journaliste tué et trois autres blessés dans des attentats à la bombe
28.05 - Irak
Actions en justice du Premier ministre contre la presse : un pas en avant, un pas en arrière
20.05 - Irak
Attaques sur Internet : Le gouvernement irakien poursuit sa campagne contre les médias indépendants
15.05 - Irak
Abandon des plaintes contre deux quotidiens
22.04 - Irak
Kurdistan, menaces sur la liberté de la presse
dans le rapport annuel
Irak - Rapport annuel 2008
Irak - Rapport annuel 2007
Irak - Rapport annuel 2006

Communiqués Maghreb / Moyen-Orient
3.06 - Libye
Les rares médias indépendants placés sous contrôle gouvernemental
2.06 - Liban
Quatre ans après l’assassinat de Samir Kassir, "les investigations sont au point mort"
29.05 - Territoires palestiniens
La presse palestinienne, à nouveau victime des tensions politiques
28.05 - Yémen
Acharnement des autorités contre la presse : Reporters sans frontières en appelle à la Présidence
27.05 - Iran
Libération d’un journaliste

les archives maghreb /moyen-orient
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000

rapports
15.02 - Israël / Gaza
Opération « Plomb durci » : le contrôle de l’information est un objectif militaire
11.02 - Tunisie
"Tunisie, le courage d’informer" : Reporters sans frontières à la rencontre de journalistes sous haute surveillance
19.03 - Irak
Cinq ans après le début de la guerre, des centaines de journalistes contraints à l’exil
Archives rapports de mission

Signez les pétitions
4.05 - Egypte
Kareem Amer
16.11 - Syrie
Michel Kilo
31.05 - Irak
Pour la libération des professionnels des médias retenus en otage en Irak