Afrique Ameriques Asie Europe Internet Nations unies
 

Victimes de la guerre
40 journalistes et 16 collaborateurs des médias ont été tués et deux sont portés disparus depuis le début du conflit en mars 2003.

communiqués - Rapports

15.01 - Irak /Etats-Unis
"Deux meurtres pour un mensonge"
A l’issue d’une enquête approfondie sur la mort de deux journalistes tués à Bagdad le 8 avril 2003 par un tir de l’armée américaine sur l’hôtel Palestine, Reporters sans frontières publie un rapport d’enquête et demande la reprise des investigations.
A l’issue d’une enquête approfondie sur la mort de deux journalistes tués à Bagdad le 8 avril 2003 par un tir de l’armée américaine sur l’hôtel Palestine, Reporters sans frontières publie un rapport d’enquête et demande la reprise des investigations pour répondre aux véritables questions que pose cette erreur criminelle commise par l’armée des Etats-Unis.

19.09 - Irak
Disparition de Fred Nérac : l’enquête se poursuit
30.05 - Irak
La Grande-Bretagne et la France doivent conduire une enquête conjointe sur la disparition de Fred Nérac, cameraman d’ITN disparu en Irak depuis 68 jours
19.05 - Irak
A l’occasion du Conseil des ministres européens des Affaires étrangères et de la Défense, des journalistes se mobilisent pour accélérer les recherches de Fred Nérac, disparu en Irak depuis 58 jours
13.05 - Irak
Reporters sans frontières choquée par le refus des autorités britanniques d’ouvrir une enquête sur la disparition de Fred Nerac et d’Hussein Othman d’ITN
2.05 - Irak
L’armée américaine ouvre enfin une enquête sur les tirs de ses troupes contre des journalistes d’ITN
23.04 - Irak
Reporters sans frontières ne se satisfait pas des réponses du Pentagone et de la Commission internationale humanitaire d’établissement des faits
13.04 - Irak
Une équipe de CNN essuie des coups de feu ; son garde du corps répond à l’arme automatique
Reporters sans frontières s’inquiète d’un comportement qui peut s’avérer dangereux pour tous les journalistes
9.04 - Irak
Allégations de crimes de guerre
Reporters sans frontières demande à nouveau une enquête indépendante et impartiale de la Commission d’établissement des faits
8.04 - Irak
Reporters sans frontières accuse l’armée américaine de prendre délibérément pour cibles des journalistes
8.04 - Iraq
Reporters sans frontières indignée par le bombardement d’Al-Jazira à Bagdad
8.04 - Royaume-Uni
Certains médias pris à parti par des ministres et des parlementaires pour leur couverture de la guerre en Irak
3.04 - Irak
Les autorités irakiennes empêchent les journalistes de travailler
31.03 - Irak
Reporters sans frontières s’inquiète de la manière dont les forces américano-britanniques traitent les journalistes couvrant la guerre en Irak
28.03 - Irak
Reporters sans frontières lance un appel aux belligérants pour qu’ils aident à retrouver les neuf journalistes disparus depuis le début du conflit
26.03 - Etats-Unis
Al-Jazira est bien la seule chaîne exclue du New York Stock Exchange
26.03 - Irak
Reporters sans frontières demande à Tommy Franks l’ouverture d’une enquête sur la mort d’un journaliste et la disparition de deux de ses confrères
25.03 - Irak
Deux journalistes tués, deux blessés et deux autres portés disparus
19.03 - Crise en Irak
Reporters sans frontières demande aux autorités américaines de garantir la liberté et la sécurité des journalistes
11.03 - Koweït
Interdiction aux journalistes étrangers de fournir des informations aux médias israéliens
25.02 - Irak
Les médias irakiens : 25 ans de répression sans faille

sur le front des médias

18.06 - Un photographe de l’AFP interpellé par les forces américaines
Un photographe de l’AFP, qui prenait des photos d’un attentat anti-américain, a été interpellé par les forces américaines. Ces dernières lui ont confisqué pendant une heure sa carte de presse, ainsi que son appareil photo, avant de le laisser partir. Une attaque à la grenade dans un faubourg de Bagdad, en Irak, venait de causer la mort de deux GI. Les deux militaires américains gardaient une station d’essence, cible d’un premier incident meurtrier, qui avait opposé les forces américaines à des manifestants, tuant un ancien soldat irakien et en blessant un autre.

Consulter toutes les brèves


La Chronique de Jean-Marie Charon

Jean-Marie Charon est chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il est sociologue, spécialiste des médias. Il a publié plusieurs ouvrages et articles sur la pratique du journalisme. L’un de ses derniers livres - "Un secret si bien violé - La loi, le juge et le journaliste" - a été publié au Seuil en 2000. Il publie chaque jour, sur le site de Reporters sans frontières, une chronique sur la couverture médiatique de la guerre en Irak et le traitement de l’information.

Journaliste !
(18/04/03) C’était il y a seulement quelques jours. Les forces américaines allaient entreprendre l’assaut du "nid de l’aigle", Tikrit. Le premier échange de tirs ne fut pas sans étonner puisqu’il mettait aux prises des avant-postes irakiens, avec ... une équipe de télévision. (...)

Textes de référence
Rapport annuel 1992 - Irak
Journalistes tués dans le monde depuis 1992
Le CSA définit un code de bonne conduite pour l’audiovisuel français
Extrait du Protocole additionnel aux Conventions de Genève relatif à la protection des journalistes
Extrait de la Convention de Genève relative aux prisonniers de guerre
Cinquante règles d’incorportation pour les journalistes

Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
01. Introduction Maghreb-Moyen-Orient
02. Actualisation Maghreb/Moyen-Orient
Algérie
Arabie saoudite
Autorité palestinienne
Bahreïn
Egypte
Emirats arabes unis
Irak
Iran
Israël et les Territoires occupés
Jordanie
Koweït
Liban
Libye
Maroc
Qatar
Soudan
Syrie
Tunisie
Yémen

Rapport Annuel 2003 Amériques
01. Introduction Amériques
02. Actualisation Amériques
Argentine
Bolivie
Brésil
Canada
Chili
Colombie
Costa Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Guatemala
Guyana
Guyane française
Haïti
Honduras
Mexique
Nicaragua
Panama
Paraguay
Pérou
Porto Rico
République Dominicaine
Salvador
Surinam
Uruguay
Venezuela

Rapport annuel 2003 Europe
01. Introduction Europe et ex-URSS
02. Actualisation Europe et ex-URSS
Albanie
Allemagne
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Bélarus
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
France
Géorgie
Grèce
Irlande
Italie
Kazakhstan
Kirghizistan
Macédoine
Moldavie
Ouzbékistan
Pologne
Portugal
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
Russie
Serbie-Monténégro
Slovaquie
Suède
Tadjikistan
Turkménistan
Turquie
Ukraine

Rapport annuel 2003 Afrique
01. Introduction Afrique - Rapport annuel 2003
01.Introduction Afrique-Rapport annuel 2003
02. Actualisation Afrique
Afrique du Sud
Angola
Botswana
Burkina Faso
Burundi
Cameroun
Cap-Vert
Comores
Congo
Côte d’Ivoire
Djibouti
Eryhtrée
Ethiopie
Gabon
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée équatoriale
Guinée-Bissau
Kenya
Liberia
Madagascar
Malawi
Mali
Mauritanie
Mozambique
Namibie
Niger
Nigeria
Ouganda
R.D. Congo
République centrafricaine
Rwanda
Sénégal
Seychelles
Sierra Leone
Somalie
Swaziland
Tanzanie
Tchad
Togo
Zambie
Zimbabwe

Rapport annuel 2003 Asie
01. Introduction Asie et Pacifique
02. Actualisation Asie
Afghanistan
Australie
Bangladesh
Bhoutan
Birmanie
Brunéi
Cambodge
Chine
Corée du Nord
Corée du Sud
Fidji
Iles Salomon
Inde
Indonésie
Japon
Kiribati
Laos
Malaisie
Maldives
Mongolie
Népal
Nouvelle-Zélande
Pakistan
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Philippines
Singapour
Sri Lanka
Taïwan
Thaïlande
Timor oriental
Tonga
Viêt-nam

Décryptages

Les journalistes irakiens veulent s’essayer à la libre expression

Les journalistes irakiens qui subissaient depuis des années la poigne de fer du fils aîné de Saddam Hussein, Oudaï, retrouvent le droit à la parole et expriment leurs attentes, notamment envers les Américains, de pouvoir construire une presse libérée de la censure comme le relate Ezzedine Saïd, journaliste de l’Agence-France Presse.

Bagdad, 15 avril - Travaillant pour des médias naguère acquis au régime de Saddam Hussein, les journalistes irakiens s’apprêtent à s’essayer pour la première fois à la libre expression et comptent sur l’aide des Américains pour ressusciter leur organes de presse dévastés par les raids et les pillages.

Les cinq quotidiens irakiens, As-Saoura, Al-Joumhouriya, Babel, Al-Irak et Al-Qadissiya sont parus pour la dernière fois mercredi, jour de la chute de Bagdad, alors que les télévisions officielle et satellitaire ainsi que celle de la Jeunesse, dirigée par le fils aîné de Saddam Hussein, Oudaï, ont cessé d’émettre avant l’entrée des forces américaines dans la capitale.

Une vingtaine de journalistes et de techniciens des trois télévisions, dont les sièges ont été bombardés pendant la guerre et mis à sac par des pillards ces derniers jours, se sont inscrits auprès du centre d’opérations américain à l’hôtel Palestine pour reprendre du service.

"Les forces d’occupation ont lancé un appel aux journalistes et aux techniciens des télévisions pour une réunion avec eux et je pense qu’ils envisagent de créer de nouvelles stations et recruter des Irakiens pour y travailler", déclare à l’AFP le journaliste Abdel Khaleq Fleih, 34 ans, journaliste à la télévision satellitaire.

"Sous Saddam Hussein, les journalistes s’étaient vu imposer des lignes rouges à ne pas dépasser et disaient seulement ce qu’on leur demandait de dire", explique M. Fleih, qui gagnait l’équivalent de 12 dollars par mois.

Parmi les choses, alors impensables, qu’il aurait souhaité dire à l’antenne c’est demander au président Saddam Hussein de se plier à l’ultimatum américain de quitter l’Irak pour éviter la guerre.

"Beaucoup d’Irakiens regrettent la décision erronée du président de rester et ils souhaitaient qu’il s’en aille pour éviter la guerre", assure-t-il. Son collègue Mohamed Sadek Al-Mallak opine du chef : "S’il avait abandonné le pouvoir avant la guerre nous serions aujourd’hui dans une meilleure situation, mais qui aurait pu dire cela sous le régime", dit-il.

"Sous Saddam, tous les journalistes vivaient dans la peur. La libre expression n’existait pas", assure-t-il. "Nous espérons que nous allons désormais pouvoir dire ce que nous pensons sans censure", ajoute-t-il.

La présentatrice vedette des débats télévisés Shaima’a Zoubeir souhaite que les membres du parti Baas, "qui étaient des caisses de résonance pour le régime à la télévision", ne reprendraient pas leurs postes. "Ces corrompus sabotaient notre travail et ne laissaient pas les jeunes talents s’exprimer parce qu’ils avaient peur qu’ils prennent leur place", explique-t-elle.

"A cause d’eux, je me suis mise à l’écart des programmes politiques mais j’espère pouvoir évoquer n’importe quel sujet à l’avenir grâce à la liberté d’expression qu’on nous promet", ajoute Shaima’a, qui avec 25 dollars par mois faisait partie des gros salaires de la maison.

Elle aussi estime que Saddam Hussein aurait dû "renoncer honorablement au pouvoir dans un discours à la nation".

"Il serait devenu un héros national s’il nous avait évité la guerre", souligne-t-elle.

Les trois journalistes, avec une trentaine d’autres collègues de la télévision et la radio se sont entretenus mardi à l’hôtel Palestine avec un officier des Marines, le lieutenant-colonel John O’Brien, qui leur a demandé de dresser un inventaire des équipements dont ils disposent et ceux dont ils ont besoin pour reprendre la diffusion.

Une des participantes lui explique que tout a été détruit dans les bombardements ou dévalisé par les pillards et qu’il faut faire venir des nouveaux équipements des Etats-Unis. "Les Américains ont très bien pu emmener des chars et des bombes chez nous, pourquoi pas de nouveaux équipements de diffusion pour nos télévisions et radios ?" demande-t-elle.

"Il s’agit d’une opération par étapes, d’abord on termine le volet militaire et après la reconstruction selon les priorités", répond l’officier de Marine. "Nous devons par exemple rétablir d’abord l’électricité pour que les gens puissent voir ou écouter ce que vous diffusez", ajoute-t-il.

Ezzedine SAID, AFP Bagdad


les autres décryptages
La presse égyptienne prise entre deux feux
Un non « incorporé » dénonce l’attitude américaine et irakienne
La guerre en direct : réflexions de Georges Leclere
" Sensations fortes " pour journalistes " incorporés "
Guerre des images : témoignage de Patrick Baz sur France-Info
En Jordanie, « il faut demander la permission pour tout »
Des entraves qui font censure
Travailler à Bagdad : contraintes et risques
Un Pentagone très autosatisfait du travail des "incorporés"
Embarqués, sinon... débarqués !
Le journalisme est-il soluble dans le patriotisme ?
Bagdad : une liberté très surveillée
Les montrer ou pas