Afrique Asie Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Bolivie

Superficie 1 098 581 km2.
Population : 8 516 000.
Langue : espagnol, quechua, aymara (off.).
Nature de l’Etat : république unitaire.
Chef de l’Etat : Gonzálo Sánchez de Lozada.


Bolivie - Rapport annuel 2003

La situation de la liberté de la presse s’est légèrement améliorée en 2002. La couverture des conflits sociaux reste cependant difficile, voire dangereuse, pour les professionnels de l’information.

Six journalistes agressés, deux autres menacés ou interpellés, une radio fermée... tel est le bilan de la couverture par la presse des conflits sociaux qui ont de nouveau secoué la Bolivie en 2002. La plupart de ces faits remontent à janvier, lorsque, protestant contre un décret interdisant la production de feuilles de coca dans la région de Cochabamba, des paysans se sont affrontés à l’armée. Les journalistes, parfois soupçonnés de soutenir la cause des petits producteurs, ont été pris à partie par les forces de l’ordre.
La deuxième moitié de l’année a été marquée par le retour de Gonzálo Sánchez de Lozada à la présidence, en août, fonction qu’il avait déjà occupée de 1993 à 1997. Ses priorités : lutter contre l’exclusion sociale, contre le chômage et contre la corruption.
Dans l’ensemble, la situation de la liberté de la presse est satisfaisante. L’utilisation partisane de la chaîne de télévision publique, Televisión Boliviana Nacional, ou les protestations élevées, en décembre, par la Chambre des députés contre le quotidien La Razón qui venait de révéler l’augmentation du budget de cette Assemblée, témoignent des dernières difficultés à adopter une parfaite culture démocratique.

Un journaliste interpellé
Le 22 août 2002, Hervé de Williencourt, photographe français free-lance, est interpellé alors qu’il couvre l’expulsion par des militaires de paysans sans terre qui occupent une propriété à proximité de Santa Cruz (Centre-Est). Le journaliste aurait été arrêté parce qu’il n’était pas en mesure de présenter ses papiers d’identité aux policiers. Hervé de Williencourt, qui réalise un reportage sur les mouvements sociaux en Bolivie, est libéré quelques heures plus tard. Le 25 juillet, il s’était fait voler son matériel photographique et ses notes.

Six journalistes agressés
Le 22 janvier 2002, Carlos Arévalo, de la chaîne de télévision Unitel, et les photographes Dico Soliz et Fernando Cartagena, respectivement des quotidiens Opinión et La Razón, sont blessés alors qu’ils couvrent la répression par la police anti-émeutes d’une manifestation des producteurs de coca à Cochabamba (Centre). Les deux premiers sont blessés par balles et le troisième est frappé par des policiers alors qu’il prend des photos. Pendant ces journées de troubles, le Syndicat des travailleurs de la presse de Cochabamba rapporte que Juan García, cameraman de la chaîne Canal 12, aurait également été agressé par des membres de la police et de l’armée qui voulaient saisir son matériel. Un autre journaliste, Walter Unzuetta, de la radio Pío XII, aurait reçu des menaces de mort.
Le 6 mars, Cristina Márquez et Roberto de la Cruz, du quotidien El Diario, sont agressés par cinq inconnus. Ces derniers tentent de les étrangler avec des cordes, les frappent à de nombreuses reprises puis leur volent leurs papiers et leur argent. Selon Roberto de la Cruz, il s’agirait d’une tentative d’intimidation contre El Diario. En 2001, le journaliste avait déjà reçu des menaces pour avoir dénoncé des affaires de corruption au sein de la police.

Pressions et entraves
Le 21 janvier 2002, les locaux de Radio Soberanía, une station de la province du Chapare (nord-est de Cochabamba), sont perquisitionnés. La radio est fermée et son matériel en partie saisi. L’ordre vient de la Superintendance des télécommunications, chargée de l’attribution des fréquences, qui affirme que Radio Soberanía émet illégalement. Les responsables de la station affirment que la légalisation de la station est entravée depuis plusieurs années par les autorités elles-mêmes. Pour les syndicats de journalistes, il s’agit de réduire au silence les producteurs de coca, propriétaires de la station.
Entre le 15 et le 29 janvier, selon le Syndicat des travailleurs de la presse de Cochabamba, le ministère de l’Intérieur a exigé de plusieurs journalistes et médias qu’ils leur remettent leur matériel relatif aux assassinats de quatre producteurs de coca et quatre membres des forces de l’ordre survenus à Cochabamba.



  liste pays ameriques
Introduction Amériques
Actualisation Amériques
Argentine
Brésil
Canada
Chili
Colombie
Costa Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Guatemala
Guyana
Guyane française
Haïti
Honduras
Mexique
Nicaragua
Panama
Paraguay
Pérou
Porto Rico
République Dominicaine
Salvador
Surinam
Uruguay
Venezuela

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport annuel 2003 Europe
Rapport annuel 2003 Afrique
Rapport annuel 2003 Asie