Afrique Ameriques Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Mongolie


-  Superficie : 1 565 000 km2.
-  Population : 2 559 000.
-  Langue : mongol (off.).
-  Nature de l’Etat : république unitaire.
-  Chef de l’Etat : Natsagiin Bagabandi.

Mongolie - Rapport annuel 2003

Malgré les affirmations de l’opposition, les acquis démocratiques, notamment la liberté de la presse, n’ont pas été remis en cause par le gouvernement de l’ex-communiste Natsagiin Bagabandi. Même si le nombre d’enquêtes de police sur des journalistes pour "diffamation" a augmenté de manière significative.

Le 12 avril 2002, plusieurs centaines de personnes, pour la plupart du Parti démocrate mongol (principal parti d’opposition), manifestent devant le bâtiment de la radiotélévision nationale à Oulan-Bator pour réclamer plus de pluralisme dans les médias publics et la démission du Président. En réponse, le secrétaire général du Parti révolutionnaire du peuple mongol (PRPM, au pouvoir) déclare le soir même à la télévision d’Etat que les demandes des manifestants sont "irréalistes".
En mai, l’organisation britannique Article 19 révèle que le gouvernement mongol n’a toujours pas transmis au Parlement le projet de loi sur la radiotélévision publique. Le texte a été élaboré en 2001 par le ministère de la Justice, mais reste en suspens bien que l’article 4 de la loi sur la presse interdise à l’Etat de contrôler des médias. Selon l’organisation de défense de la liberté de la presse, le texte ne garantit que partiellement le démantèlement réel des médias d’Etat. En effet, le Premier ministre nomme tous les membres du conseil de direction désignés auparavant par le Parlement, le Président et le gouvernement. Par ailleurs, les médias publics devront diffuser les communiqués du Président, du Premier ministre et du président de l’Assemblée. Au 1er janvier 2003, le texte n’a toujours pas été adopté.
Le 21 juin, M.Myagmarsuren et Tsedevsurengiin Amarjargal, directeur et chef de la section journalisme d’investigation du quotidien Udriin Sonin (Les Nouvelles du jour), sont interrogés par la police à Oulan-Bator. M.Amarjargal est accusé de "diffamation" en vertu de l’article 117.2 de la loi criminelle pour avoir publié, le 14 mai, un communiqué de la faction "Justice" du Parti révolutionnaire du peuple mongol adressé à tous les membres du parti. Le journaliste risque jusqu’à deux ans de prison. "Justice" critiquait avec virulence le manque de démocratie au sein du parti, la politique du gouvernement, accusé d’utiliser la radiotélévision d’Etat et quelques journaux complaisants pour entretenir le culte de la personnalité du Premier ministre Enkhbayar. Ce dernier est également accusé d’être impliqué dans la mort de plusieurs personnalités du parti au pouvoir. Des responsables du PRPM démentent l’existence d’un tel groupe dissident. Mais, le 18 juin, G. Bayarsaikhan, membre du PRPM et directeur d’un magazine télévision, déclare à la presse être le responsable de "Justice". Il est également interrogé par la police. Quelques jours plus tard, Udriin Sonin dénonce "une tentative de reprise en main des médias à travers les menaces sur notre journal."
Le 31 juillet, Hand-dolgor, directrice du journal Ug, est condamnée à un an de prison par la cour du district de Sukhbaatar d’Oulan Bator, après avoir été reconnue coupable de "diffamation" en vertu de l’article 117.2 du code pénal. La journaliste est conduite au centre de détention de Gants Hudag. Son journal avait publié, le 5 mars, un article alarmant sur la possible propagation du virus du sida dans la province de Selenge (frontière nord de la Mongolie). L’article désignait nommément une femme, supposée contaminée par le virus, qui entretenait de nombreuses relations amoureuses. Après que des examens effectués par les autorités sanitaires sur la personne incriminée dans l’article s’étaient révélés négatifs, la directrice de Ug avait publié, le 26 avril, ses excuses en première page. Mais, le 18 mai, la victime de la diffamation a été battue à mort par l’un de ses amants, qui réclamait des preuves qu’elle n’avait pas le sida. Suite à ce décès, Hand-dolgor a été traduite en justice. En septembre, sa peine est réduite de six mois en appel.
Le 8 novembre, l’Association des journaux mongols (MNA) lance une campagne de presse avec le slogan "Arrêtez d’emprisonner les journalistes", publiée en une des journaux Udriin Sonin, Mongoliin Medee, Humuus, et Shar Sonin. La MNA appelle les parlementaires à modifier les articles du code pénal qui permettent d’infliger des peines de prison pour des délits de presse. Peu de temps auparavant, l’organisation locale de défense des droits de l’homme, Centre de la liberté, a affirmé qu’au moins dix-sept enquêtes sont actuellement en cour contre des journalistes mongols. Dans tous les cas, ils risquent des peines de prison. Le directeur du Centre de la liberté dénonce une augmentation importante du nombre de plaintes.
Dans la nuit du 12 novembre, quatre journalistes, dont Tseren-Ochir, rédacteur en chef du journal Ardchilal (Démocratie, organe du Parti démocrate), sont interpellés avec quarante autres manifestants par les forces de police, alors qu’ils couvrent un rassemblement pacifique contre la loi sur la propriété foncière à Oulan-Bator. Un journaliste de la radio Bat-Uul et un reporter du quotidien Udriin Sonia affirment avoir été frappés par des policiers. Leur matériel est confisqué. Les quatre journalistes sont détenus dans un commissariat avant d’être libérés le lendemain matin. Au même moment, au quartier général du Parti démocrate, Ari,old, journaliste du quotidien Udriin Sonin, est retenu pendant six heures par la police avec quatorze autres personnes. Dans les jours qui suivent, l’opposition critique la couverture, jugée "biaisée", de cet événement, notamment les arrestations, par la télévision nationale.



liste pays asie
Introduction Asie et Pacifique
Actualisation Asie
Afghanistan
Australie
Bangladesh
Bhoutan
Birmanie
Brunéi
Cambodge
Chine
Corée du Nord
Corée du Sud
Fidji
Iles Salomon
Inde
Indonésie
Japon
Kiribati
Laos
Malaisie
Maldives
Népal
Nouvelle-Zélande
Pakistan
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Philippines
Singapour
Sri Lanka
Taïwan
Thaïlande
Timor oriental
Tonga
Viêt-nam

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Europe
Rapport annuel 2003 Afrique