Afrique Ameriques Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Papouasie-Nouvelle-Guinée


-  Superficie : 461 691 km2.
-  Population : 4 920000.
-  Langues : pidgin mélanésien, anglais.
-  Nature de l’Etat : unitaire.
-  Chef de l’Etat (nominal) : reine Elizabeth II.
-  Chef du gouvernement : Sir Mekere Morauta.

Papouasie-Nouvelle-Guinée - Rapport annuel 2003

Les médias jouissent d’une relative liberté. En 2002, le gouvernement refuse l’accès de son territoire aux journalistes étrangers, notamment australiens, pour les empêcher de couvrir la situation dans les camps de réfugiés installés par l’Australie, et dans le pays lors des élections nationales.

A partir de mars 2002, le ministère des Affaires étrangères refuse systématiquement, et sans aucune explication, les demandes de visas de presse déposées par des journalistes étrangers. C’est le cas pour Mathias Heng, photojournaliste australien. Greg Roberts, du quotidien Sydney Morning Herald, est le premier journaliste à avoir accès au centre de réfugiés de Manus, une île de l’archipel de Papouasie-Nouvelle Guinée, grâce à un visa touristique et en se présentant comme un "ornithologue amateur". Peu après avoir pénétré sur la base navale où sont détenus les demandeurs d’asile, en majorité de nationalité irakienne, il est chassé par le personnel d’une société privée de sécurité, commandée par un ancien membre de la police rhodésienne. Le lendemain, Greg Roberts est averti que la police et les forces armées papoues sont "après lui". Il quitte l’île peu de temps après. Lawrence Bunbun, un responsable du ministère des Affaires étrangères papou, reconnaît que le gouvernement australien "a demandé que l’accès aux réfugiés soit refusé à quiconque", sous le prétexte de protéger l’identité des détenus. Le centre de demandeurs d’asile de Manus, complètement financé par l’Australie qui refuse d’accueillir de nouveaux réfugiés sur son territoire, abrite trois cent soixante demandeurs d’asile dont 80 % sont Irakiens. Des médecins des hôpitaux environnants ont confirmé que certains détenus avaient contracté la malaria et que d’autres seraient atteints de tuberculose et de typhoïde.
Le 17 avril, Evan Williams, journaliste pour la chaîne australienne ABC, dénonce, lors d’une émission télévisée, la politique des autorités de Papouasie-Nouvelle Guinée qui continuent de refuser d’accorder des visas aux journalistes étrangers pour les empêcher d’avoir accès au centre de l’île de Manus. Le reporter a réussi à prendre des photos du centre en entrant clandestinement dans le pays.
Les demandes de visas déposées par des journalistes étrangers plusieurs semaines avant les élections générales de juin sont traitées avec une extrême lenteur par le Département des Affaires étrangères. L’organisation régionale de défense de la liberté de la presse Pacific Media Watch dénonce l’hostilité des autorités vis-à-vis des journalistes étrangers. Deux jours après les élections, marquées par de nombreuses violences, l’ancien Premier ministre Bill Stake interpelle la communauté internationale pour qu’elle intervienne auprès du gouvernement afin qu’il mette fin à sa politique interdisant aux journalistes étrangers d’entrer dans le pays.
Le 4 octobre, un soldat menace de mort Robyn Sela, journaliste d’investigation du quotidien Post-Courrier. Alors qu’elle enquête dans une caserne de Port Moresby, la journaliste est prise à partie par un soldat dont on ignore toujours l’identité. Celui-ci lui reproche des articles récents sur Fred Punangi, secrétaire à la Défense, accusé de malversations. Avant l’intervention d’un officier, le soldat lui lance : "Robyn Sela, nous allons t’avoir." Trois jours plus tard, le chef d’état-major affirme à la presse que la police militaire tente d’identifier le soldat et qu’il "sera puni à la manière de l’armée".
Le 27 novembre, Kevin Pamba, universitaire et éditorialiste du quotidien The National, est agressé et menacé par des policiers dans un commissariat de Madang (nord du pays). Les agents interpellent le journaliste pour l’interroger au sujet d’un article sur une expulsion menée par ces mêmes policiers. Ils lui reprochent de donner une mauvaise image de leurs actions à leurs supérieurs et exigent la publication d’excuses en une du journal sous peine de poursuite en "diffamation". Selon Kevin Pamba, l’un des policiers l’a menacé par deux fois de lui taillader le visage avec un canif. Le journaliste est libéré grâce à l’intervention d’un inspecteur de police. Il souffre de contusions et de coupures.



liste pays asie
Introduction Asie et Pacifique
Actualisation Asie
Afghanistan
Australie
Bangladesh
Bhoutan
Birmanie
Brunéi
Cambodge
Chine
Corée du Nord
Corée du Sud
Fidji
Iles Salomon
Inde
Indonésie
Japon
Kiribati
Laos
Malaisie
Maldives
Mongolie
Népal
Nouvelle-Zélande
Pakistan
Philippines
Singapour
Sri Lanka
Taïwan
Thaïlande
Timor oriental
Tonga
Viêt-nam

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Europe
Rapport annuel 2003 Afrique