Afrique Ameriques Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Taïwan


-  Superficie : 35 980 km2.
-  Population : 22 370000.
-  Langues : chinoises.
-  Nature de l’Etat : république.
-  Chef de l’Etat : Chen Shui-bian.

Taïwan - Rapport annuel 2003

Des révélations fracassantes dans des scandales politico-sexuels ont agité le monde médiatique de l’île, ouvrant un débat sur l’éthique des journalistes. La démocratie et le respect de la liberté de la presse se sont pourtant consolidés en 2002.

Bien que le président Chen Shui-Bian ait affirmé refuser d’utiliser la "sécurité nationale" pour limiter la liberté d’expression, un magazine est saisi en mars, et un journaliste inculpé en octobre, pour avoir publié des documents militaires. "Nous préférons avoir une presse libre et sacrifier la sécurité", déclare le chef de l’Etat, qui veut faire de Taïwan un "phare" pour la Chine.
"Les gens ont le droit de savoir. Je défendrai la liberté de la presse de ma vie", a déclaré Shen Yeh, éditeur du tabloïd Scoop, condamné, en juillet 2002, à plus de deux ans de prison pour avoir distribué à ses lecteurs des copies d’une cassette montrant des images pirates d’une femme politique, Chu Mei-fung, en train de faire l’amour avec un homme marié. Shen Yeh est en concurrence avec le magazine Yi Zhoukan (Next Magazine) publié par un groupe de presse de Hong Kong qui, lui, est l’objet d’actes de vandalisme en octobre. Le reste de la presse condamne les débordements de ces publications. "Même la liberté de la presse a des limites", reprend un professeur de journalisme de l’université de Taipei.
Le gouvernement a présenté en décembre un amendement à la loi sur l’audiovisuel qui oblige l’Etat et les partis politiques à vendre toutes leurs parts dans les télévisions du pays. Les précédents gouvernements nationalistes contrôlaient la majorité des médias audiovisuels de l’île. Et le Kuomintang, parti d’opposition, possède toujours une chaîne de télévision, tandis que des responsables du parti au pouvoir dirigent deux autres télévisions.
Le 20 mars 2002 au matin, la police fait irruption dans les locaux de l’hebdomadaire Next Magazine à Taipei, et dans ceux de l’imprimerie du magazine. Les agents du Département de la sécurité nationale saisissent la dernière édition du magazine datée du 21 mars, qui mettrait "en danger la sécurité nationale". Si 160000 copies du magazine sont ainsi confisquées, Next Magazine est néanmoins disponible dans les kiosques. En effet, la rédaction réussit à imprimer un deuxième tirage du numéro dans un lieu tenu secret. Next Magazine a publié en une un dossier intitulé "Lee Teng-hui a illégalement utilisé 3 milliards de dollars taïwanais". L’article révèle l’existence de comptes bancaires secrets, utilisés par le gouvernement de l’ancien président Lee, afin de financer des missions d’espionnage en Chine et d’acheter ses relations diplomatiques avec certains Etats. Selon le directeur du Département pour la sécurité nationale, Tsai Chao-Ming, "le contenu de cet article a violé un secret d’Etat et a gravement porté atteinte à la sécurité nationale". La direction de l’hebdomadaire craint pour ses contrats publicitaires. Par ailleurs, Hsueh Chung-Liang, auteur de l’article incriminé, reçoit l’interdiction formelle de quitter l’île et son domicile est fouillé par la police. Le 28 mars, il refuse de révéler ses sources lors d’une première audience devant la Haute Cour. Le gouvernement a en effet porté plainte contre le magazine et le quotidien China Times qui a également consacré un article à cette affaire de fonds secrets dans son édition du 20 mars. Selon le Département de la sécurité nationale, le China Times n’est pas saisi car la rédaction leur avait transmis ces informations avant de les publier.
Le 30 juillet, la pop star de Hong Kong, Nicolas Tse, accusé d’avoir frappé Ng Sung-kei, un photographe du Sudden Weekly, dans un restaurant de Taipei, annonce que l’affaire est close, suite à un accord entre les deux parties.
Le 6 octobre, une douzaine de personnes armées de bâtons pénètrent dans les locaux à Taipei du Next Magazine, propriété du magnat de la presse hongkongais Jimmy Lai, et détruisent portes vitrées et matériel informatique. Trois responsables de la sécurité sont blessés au cours de l’attaque. Le lendemain, le chef d’un gang local fait parvenir à la rédaction du Next Magazine et aux autres médias de la région une lettre dans laquelle il menace de mettre un terme à toutes les opérations du journal à Taïwan, tout en revendiquant cet acte. Estimant que le contenu "paparazzi" du magazine est une offense au peuple taïwanais, il déclare " [jurer] sur [sa] vie de faire tout ce qu’[il] pourra pour jeter le magazine hors de Taïwan s’il continue à publier ces articles irresponsables". Les médias locaux associent donc cette affaire à un récent article du Next Magazine sur les luttes de pouvoir entre des gangs rivaux. Il s’agit de la deuxième attaque de ce genre dont est victime le magazine depuis juin 2001, date à laquelle il a commencé à être diffusé à Taïwan. Le 22 août 2001, un groupe armé de battes de base-ball avait déjà saccagé les locaux de la rédaction à la suite de la parution d’un article sur la corruption. Le 8 octobre, la police procède à une vague d’arrestations dans le milieu du banditisme de Taipei.
Le 14 octobre, le ministre de la Défense confirme que Hung Che-cheng, reporter du quotidien en chinois Les nouvelles quotidiennes de Taïwan, est poursuivi pour "diffusion d’informations militaires classifiées". Dans un article publié en juillet 2000 dans le quotidien aujourd’hui disparu Les nouvelles du pouvoir, M.Hung avait révélé les détails de manœuvres de l’armée taïwanaise. Le militaire qui aurait transmis ces informations jugées secrètes par l’armée a été condamné à deux ans et deux mois de prison. Le journaliste risque dix ans de prison.



liste pays asie
Introduction Asie et Pacifique
Actualisation Asie
Afghanistan
Australie
Bangladesh
Bhoutan
Birmanie
Brunéi
Cambodge
Chine
Corée du Nord
Corée du Sud
Fidji
Iles Salomon
Inde
Indonésie
Japon
Kiribati
Laos
Malaisie
Maldives
Mongolie
Népal
Nouvelle-Zélande
Pakistan
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Philippines
Singapour
Sri Lanka
Thaïlande
Timor oriental
Tonga
Viêt-nam

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Europe
Rapport annuel 2003 Afrique