Afrique Ameriques Asie Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Autriche


-  Superficie : 83 850 km2.
-  Population : 8 075 000.
-  Langues : allemand (off.).
-  Nature de l’Etat : république fédérale.
-  Chef de l’Etat : Thomas Klestil.

Autriche - Rapport annuel 2003

Malgré la nouvelle loi sur la radiotélévision publique, qui doit mettre un terme à la situation de monopole de la radio et de la télévision autrichiennes, ainsi qu’à leur politisation, aucun changement n’est intervenu en 2002. L’influence des partis au pouvoir est plus forte que jamais. Quant à l’extrême concentration des médias, la situation reste également inchangée, la législation antitrust étant demeurée sans effet.

Une nouvelle loi sur la radiotélévision publique (ORF) est entrée en vigueur le 1er janvier 2002. Néanmoins, dans la pratique, l’ORF conserve son monopole dans le secteur audiovisuel qui subit plus que jamais l’influence des partis au pouvoir, l’ÖVP (chrétiens conservateurs) et le FPÖ (droite populiste). La nomination des dirigeants de l’ORF a duré près de six mois, les partis au gouvernement ne parvenant pas à s’entendre sur la répartition des postes. Dans le secteur de la presse écrite, la concentration demeure anormalement élevée par rapport au reste de l’Europe. La loi antitrust s’avère sans effet dans la pratique. La fusion des deux magazines d’information Profil et Format, menée à bien en 2001, a conduit à une forte concentration entre les mains des groupes de presse News et Media-Print. Le projet élaboré par l’ÖVP, visant à modifier le système de subventions à la presse, a été rejeté par le FPÖ. Les soutiens aux médias sont répartis de manière inégale, en fonction de leur poids économique et de l’orientation politique de leur contenu éditorial. Le Conseil de la presse, organe de contrôle indépendant destiné à garantir la liberté de la presse, a été dissous en juin et aucun accord n’a été conclu sur la création d’un nouveau Conseil de la presse.

Un journaliste interpellé

Le 21 mars 2002, Alexandre Podrabinek, rédacteur en chef de l’agence de presse russe Prima, est interpellé à Vienne, où il couvre un procès opposant l’homme d’affaires tchétchène Abdulla Erzanukaev à l’hebdomadaire Profil. Le journaliste est en compagnie d’Abdulla Erzanukaev et de Berzali Ismailov, secrétaire de l’association démocratique tchétchène, lorsqu’une voiture de police, qui les suit depuis le matin, arrête leur véhicule et procède à un contrôle des passeports. Bien que les papiers du journaliste soient en règle, il est emmené à un poste de police d’Amstetten, à 100 km de la capitale, où il est retenu pendant quatre heures.

Pressions et entraves

Au printemps 2002, Florian Klenk, spécialiste des affaires de justice de l’hebdomadaire viennois Falter, consacre plusieurs articles au code pénal autrichien et au projet de fermeture du tribunal pour enfants de Vienne, critiqué par un magistrat. Le ministre de la Justice, Dieter Böhmdorfer, interdit à tout le personnel du ministère de la Justice de s’entretenir avec Florian Klenk ou de lui accorder des interviews. Le ministre prononce un arrêté général interdisant toute interview concernant le code pénal. Un juge pour enfants passant outre cette interdiction fait l’objet d’une action disciplinaire. La protestation écrite du Conseil de la presse, demandant à Dieter Böhmdorfer de garantir un libre accès à l’information à tous les journalistes dans le cadre de leurs enquêtes, est restée sans réponse.
Le 1er août, la Cour suprême rejette la plainte pour diffamation déposée par le journaliste free-lance Karl Pfeiffer contre l’éditeur de l’hebdomadaire Zur Zeit. En 2001, Karl Pfeiffer avait été accusé dans le journal Zur Zeit, proche du parti FPÖ, d’avoir causé la mort du politologue Werner Pfeifenberger, inculpé pour activités pronazies, qui s’était suicidé en mai 2000. Des accusations et sous-entendus antisémites à l’égard du journaliste avaient été publiés par le journal. Toutes ses plaintes ayant été rejetées par la justice autrichienne, Karl Pfeiffer décide de saisir la Cour européenne des droits de l’homme.



  liste pays europe
Introduction Europe et ex-URSS
Actualisation Europe et ex-URSS
Albanie
Allemagne
Arménie
Azerbaïdjan
Bélarus
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
France
Géorgie
Grèce
Irlande
Italie
Kazakhstan
Kirghizistan
Macédoine
Moldavie
Ouzbékistan
Pologne
Portugal
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
Russie
Serbie-Monténégro
Slovaquie
Suède
Tadjikistan
Turkménistan
Turquie
Ukraine

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Afrique
Rapport annuel 2003 Asie