Afrique Ameriques Asie Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Géorgie


-  Superficie : 69 700 km2.
-  Population : 5 239 000.
-  Langue : géorgien (off.).
-  Nature de l’Etat : république unitaire.
-  Chef de l’Etat : Edouard Chevardnadzé.

Géorgie - Rapport annuel 2003

En 2002, les journalistes enquêtant sur la corruption sont toujours victimes de pressions et de violences physiques. Ainsi, plusieurs collaborateurs de la télévision indépendante Rustavi 2 ont été agressés par des policiers. Les autorités refusent de fournir la moindre information concernant l’enquête sur l’assassinat en 2001 de Géorgiy Sanaya, le présentateur vedette de la chaîne.

Nouveaux éléments sur deux journalistes tués avant 2002

Le 17 février 2002, le documentaliste néerlandais Pons Martens est mis en examen pour complicité d’homicide dans l’enquête menée par le parquet de Rome (Italie) sur le meurtre du journaliste italien Antonio Russo, grand reporter pour Radio Radicale. Le 16 octobre 2000, Antonio Russo, qui couvrait la guerre en Tchétchénie depuis la Géorgie, avait été retrouvé mort au bord d’une route au nord-est de Tbilissi. D’après les enquêteurs, le meurtre serait lié aux images tournées par Antonio Russo sur les exactions commises par l’armée russe contre les civils tchétchènes. Ces documents avaient disparu. Pons Martens se trouvait avec le journaliste en reportage en Géorgie. Au 1er janvier 2003, l’enquête est toujours en cours.
Le 18 juillet, le ministre de l’Intérieur, Koba Narchemashvili, annonce que l’enquête sur l’assassinat de Géorgiy Sanaya, présentateur vedette de la chaîne de télévision indépendante Rustavi 2, est close. Géorgiy Sanaya avait été retrouvé assassiné d’une balle dans la tête le 26 juillet 2001, dans son appartement de Tbilissi. Il présentait des journaux télévisés et "Courrier du soir", une émission quotidienne d’analyse politique et d’interviews de personnalités sur Rustavi 2. Il était l’un des jeunes présentateurs de télévision les plus populaires en Géorgie. Le 6 décembre 2001, le procureur général de Géorgie, Nougzar Gabrichidze, avait annoncé que le meurtrier présumé du journaliste avait été identifié, et qu’il s’agissait d’un ancien employé du ministère de l’Intérieur, Grigol Khourtsilava. Ce dernier aurait reconnu avoir commis le meurtre avec une arme de service enregistrée auprès du ministère de l’Intérieur. D’après les autorités, qui refusent de donner toute indication sur le mobile et les circonstances du crime, cet assassinat n’est pas lié aux activités professionnelles du journaliste. La veuve de Géorgiy Sanaya pense que Grigol Khourtsilava n’est pas le véritable responsable du meurtre de son mari et que les autorités dissimulent des éléments capitaux de l’enquête. D’après Elene Tevdoradzi, ancienne présidente de la Commission sur les droits de l’homme du Parlement, le journaliste aurait été en possession d’une cassette vidéo prouvant l’implication de ministres et de hauts fonctionnaires de police dans des enlèvements dans les gorges de Pankissi. Au 1er janvier 2003, aucune date n’a été fixée pour le procès de Grigol Khourtsilava.

Journalistes agressés

Le 27 septembre, en début d’après-midi, une trentaine de policiers font irruption dans les locaux de la chaîne de télévision locale Odishi à Zugdidi (ouest), qui retransmet les émissions d’information de la chaîne indépendante Rustavi 2. Les policiers agressent des journalistes et des techniciens, et détruisent le matériel vidéo et informatique. Des témoins ont reconnu Robert Chikobava, chef adjoint de la police provinciale, et Beglar Ponia, chef adjoint de la police du district de Zugdidi, parmi les agresseurs. D’après le directeur d’Odishi, Levan Kobalia, Elgudja Zamburia, le chef de la police régionale, était également présent. Le matin, les chaînes Rustavi 2 et Odishi avaient diffusé un reportage de la journaliste Ema Gogokhia sur une intervention violente des forces spéciales de police à Zugdidi.
Une heure après l’intervention des forces de l’ordre dans les locaux de Odishi, quatre policiers se rendent au domicile d’Ema Gogokhia et, ne la trouvant pas, s’en prennent à sa mère et à son fils de dix ans. Les policiers les frappent et tentent d’enlever l’enfant. D’après la journaliste, ils ont menacé sa famille de mort si un reportage, programmé par Rustavi 2 deux jours plus tard, était diffusé. Ils ont ajouté que, contrairement à Géorgiy Sanaya, présentateur vedette de Rustavi 2 assassiné le 26juillet 2001, son corps ne serait jamais retrouvé. Ce deuxième reportage, diffusé le 29 septembre, incriminait Beglar Ponia dans un trafic de carburants. Au 1er janvier 2003, l’enquête est toujours en cours.
Le 28 novembre, Vazha Gavasheli, correspondant du journal Palitra Nedeli, est agressé par des inconnus. D’après ses collègues, cette agression a été commanditée par la famille d’une personne citée dans un article du journaliste sur un meurtre perpétré quinze ans auparavant.

Pressions et entraves

Le 10 juillet 2002, les bureaux du Press Club de Tbilissi et du Liberty Institute, une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme et de la liberté de la presse, sont saccagés par sept ou huit hommes, armés de barres de fer. Le directeur du Liberty Institute, Levan Ramishvili, est violemment frappé et l’équipement informatique des bureaux est détruit. Les deux organisations visées par cette attaque ont joué un rôle clé, en 2000, dans l’adoption de la loi sur la liberté de l’information, qui protège le journalisme d’investigation. Le 8 juillet, une manifestation avait été organisée devant ces mêmes locaux par un membre du Parlement, Guram Sharadze, pour demander la fermeture de ces organisations, qui diffusent des informations sur des faits de corruption et des révélations sur le passé de certains responsables locaux à l’époque de l’Union soviétique.



  liste pays europe
Introduction Europe et ex-URSS
Actualisation Europe et ex-URSS
Albanie
Allemagne
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Bélarus
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
France
Grèce
Irlande
Italie
Kazakhstan
Kirghizistan
Macédoine
Moldavie
Ouzbékistan
Pologne
Portugal
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
Russie
Serbie-Monténégro
Slovaquie
Suède
Tadjikistan
Turkménistan
Turquie
Ukraine

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Afrique
Rapport annuel 2003 Asie