Afrique Ameriques Asie Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Kirghizistan


-  Superficie : 198 500 km2.
-  Population : 4 986 000.
-  Langues : kirghiz, russe.
-  Nature de l’Etat : république unitaire.
-  Chef de l’Etat : Askar Akaiev.

Kirghizistan - Rapport annuel 2003

La situation de la presse ne s’est pas améliorée en 2002. Les journalistes et les rédactions indépendantes subissent des pressions systématiques et la quasi-totalité des médias s’astreignent à une forte autocensure.

Le monopole exercé par l’imprimerie d’Etat Uchkun dans le pays permet aux autorités de bloquer régulièrement les publications "gênantes", tandis que les procès en diffamation continuent à accabler les journaux indépendants d’amendes exorbitantes. Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme religieux, le gouvernement adopte, le 14 janvier 2002, un décret imposant à toutes les maisons d’édition et à toutes les machines à photocopier du pays de se faire enregistrer de nouveau. Suite aux vives réactions des organisations de défense des droits de l’homme, le décret est annulé par le gouvernement. En mars 2002, le pays semble proche de la guerre civile après une série de manifestations, au cours desquelles cinq personnes sont tuées par les forces de l’ordre. Plus de quatre-vingt-dix personnes sont arrêtées, dont quelques journalistes et le leader du Comité kirghiz pour les droits de l’homme. Ces événements ont donné lieu à une couverture partiale de la part de la majorité des médias. En fin d’année, un projet de création d’une imprimerie indépendante laisse espérer une amélioration future des conditions de travail de la presse indépendante. Le 30 décembre, intervient la libération inespérée du journaliste Samagan Orozaliev pour raisons de santé. Depuis mai 2001, le journaliste, qui avait enquêté sur un député et directeur de la compagnie d’électricité, purgeait une peine de neuf ans de prison sous des prétextes fallacieux.

Un journaliste incarcéré

Le 25 juin 2002, la Cour suprême confirme la condamnation à neuf ans de prison de Samagan Orozaliev, journaliste pour la télévision Zamana et pour la radio d’Etat. Le 28 mai 2001, il a été arrêté et accusé de corruption alors qu’il enquêtait sur le député et directeur de la compagnie régionale d’électricité, Ergesh Torobaev. Le 1er novembre 2001, une cour de Djalal-Abad l’a condamné à neuf ans de prison et à la confiscation de tous ses biens, pour port d’arme et extorsion de fonds. Le journaliste avait alors indiqué que les charges retenues contre lui étaient fabriquées de toutes pièces et avait fait appel. En août, une vingtaine de journalistes et plusieurs organisations de défense des droits de l’homme font une demande de grâce au Président. Le 30 décembre, une cour décide de le libérer pour raisons de santé.

Deux journalistes interpellés

Le 16 mai 2002, Jarkyn Temirbaeva, journaliste de la radio Azattyk (Radio Liberty en kirghiz), est interpellée pendant quelques heures devant le Parlement alors qu’elle couvre une manifestation dénonçant un accord conclu secrètement par le président Akaiev qui prévoit la cession de territoires kirghiz à la Chine.
Le 7 juin, Yrysbai Abdraimov, journaliste de la radio Azattyk, est arrêté pendant quelques heures alors qu’il couvre une manifestation à Tash-Kumyr (ouest du pays). Le journaliste subit des pressions physiques et morales, et son dictaphone lui est confisqué pendant deux mois.

Pressions et entraves

Dans la matinée du 19 janvier 2002, des inconnus jettent deux cocktails Molotov dans les locaux nouvellement occupés par le bihebdomadaire d’opposition Agym, provoquant un début d’incendie qui blesse un garde et cause des dégâts matériels. Le même jour, le journal devait publier des déclarations des principaux partis d’opposition, d’organisations non gouvernementales et de citoyens demandant au président Akaiev de cesser les persécutions politiques. La veille, Melis Eshimkanov, directeur de la publication et président du parti d’opposition Parti du Peuple, avait demandé la démission du chef de l’Etat.
Les 19 et 21 janvier, l’imprimerie Uchkun (monopole d’Etat) refuse d’imprimer le quotidien Moya Stolitsa, prétextant qu’un nouveau contrat doit être signé avec le journal. D’après les journalistes de Moya Stolitsa, des articles dénonçant des affaires de corruption dans les hautes sphères du pouvoir pourraient être à l’origine de cette entrave.
Le 22 janvier, seule la moitié des tirages de l’hebdomadaire Res Publica est imprimée, au moment où la rédaction décide de publier, par solidarité, quatre pages du quotidien Moya Stolitsa dans ses colonnes. L’imprimerie d’Etat Uchkun invoque une panne technique et un manque de papier pour expliquer l’incident, alors que la rédaction de Moya Stolitsa affirme avoir mis à la disposition de Res Publica 600 kg de papier pour lui permettre d’imprimer son nouveau numéro.
Le 3 mai, l’hebdomadaire Res Publica reparaît après trois mois d’interruption, l’imprimerie d’Etat Uchkun ayant refusé de le publier avant le versement intégral d’une amende pour diffamation. Le 29 janvier, les comptes du journal ont été gelés à la suite d’une condamnation obligeant le journal à verser 121 000 soms (2 650 euros) de dommages et intérêts à Alexandr Eliseyev, un ancien membre du Comité kirghiz pour les droits de l’homme Ce dernier est suspecté d’être un proche des services du gouvernement chargé de les aider à ruiner les médias privés.
En juillet a lieu la première audience du procès pour diffamation intenté par Alexandr Emelyashin contre le bimensuel Tribuna, pour avoir évoqué, dans un article paru le 25 avril 2002, ses condamnations pour faux et usage de faux. Le plaignant demande des dommages et intérêts.
Le 26 juillet, le président Askar Akaiev accuse Radio Free Europe-Radio Liberty ainsi que des "agences de presse étrangères" de pratiquer un "terrorisme de l’information" contre les intérêts du pays. Il reproche à la radio américaine d’avoir donné la parole aux représentants de l’opposition, à l’occasion des manifestations du printemps 2002. A cette période, les émissions de Radio Liberty, retransmises par Radio Almaz en langue kirghize, sont fréquemment brouillées dans certaines régions du pays, ce que démentent les autorités.
Le 16 septembre, le tribunal régional de Sokuluk condamne le journal Portret Nedeli de la région de Chui à verser 75 000 soms (1 650 euros) de dommages et intérêts à un chef de l’administration de la région de Chui (Nord), Erkintur Moldogaziev. En juillet, ce dernier a attaqué le journal en diffamation pour un article l’accusant d’avoir détourné des fonds de retraite.
Le 27 septembre, un groupe de personnes non identifiées achète une grande partie des exemplaires du quotidien Moya Stolitsa disponibles dans les kiosques de Bichkek. Le numéro concerné vient de publier dans ses colonnes un article paru dans le Washington Times qui dénonce l’utilisation frauduleuse de prêts internationaux par des proches du Président et critique le comportement de sa famille vis-à-vis des entreprises en concurrence sur le marché des télécommunications.
Le 20 novembre, un responsable de l’imprimerie d’Etat Uchkun demande au rédacteur en chef du journal Alaam, qui a souhaité garder l’anonymat, de retirer de l’édition du jour un article intitulé "Ai, Aidar, Aider", relatant une rixe entre des membres de la garde du fils du Président, Aidar Aikaev, et un jeune homme dans un night-club, le 17 novembre.
Le 28 novembre, des inconnus arrêtent un véhicule se dirige vers Jalal-Abad sur l’autoroute qui relie Bichkek à Osh, et confisquent 2 500 copies du journal Kyrgyz Ordo. Selon le rédacteur en chef, Beken Nazaraliev, ce pourrait être parce que le journal contenait un article du défenseur des droits de l’homme Topchubek Turgunaliev, dans lequel il critiquait le président Akaiev.



  liste pays europe
Introduction Europe et ex-URSS
Actualisation Europe et ex-URSS
Albanie
Allemagne
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Bélarus
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
France
Géorgie
Grèce
Irlande
Italie
Kazakhstan
Macédoine
Moldavie
Ouzbékistan
Pologne
Portugal
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
Russie
Serbie-Monténégro
Slovaquie
Suède
Tadjikistan
Turkménistan
Turquie
Ukraine

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Afrique
Rapport annuel 2003 Asie