Afrique Ameriques Asie Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Macédoine


-  Superficie : 25 713 km2.
-  Population : 2 044 000.
-  Langues : macédonien (off.).
-  Nature de l’Etat : république unitaire.
-  Chef de l’Etat : Boris Trajkovski.

Macédoine - Rapport annuel 2003

La coalition de la droite nationaliste VMRO-DPMNE, au pouvoir jusqu’en septembre 2002, est à l’origine de la plupart des atteintes à la liberté de la presse, notamment lors de la campagne des élections législatives du 15 septembre.

Depuis la fin du conflit armé ayant opposé en 2001 les forces macédoniennes aux rebelles albanais de l’UCK (Armée de libération du Kosovo), la communauté d’origine albanaise a acquis de nouveaux droits, dont l’usage officiel de la langue albanaise. Le 20août 2002, la télévision nationale macédonienne lance une nouvelle chaîne multiethnique diffusant dans les langues des minorités (albanaise, turque, serbe, roumaine, valaque et bosniaque). A l’approche des élections législatives du 15 septembre 2002, le pouvoir multiplie pressions et menaces contre les journalistes. Le ministre de l’Intérieur, Ljube Boskovski, accuse à plusieurs reprises journalistes, organisations non gouvernementales et diplomates étrangers de propager des informations visant à déstabiliser le gouvernement de Ljubco Georgievski. Les "Lions", unité paramilitaire créée pendant le conflit, puis intégrée aux forces de police macédoniennes et proche du parti au pouvoir jusqu’en septembre, sont à l’origine de nombreuses agressions contre les journalistes. La communauté internationale demande toujours le démantèlement de cette force spéciale. La coalition de la droite nationaliste VMRO-DPMNE perd les élections législatives, au profit de l’Alliance social-démocrate (SDSM).

Cinq journalistes agressés

Le 16 juillet 2002, des inconnus agressent le journaliste Mare Stoilova et un cameraman de la chaîne de télévision privée A1, à Vinica (Est du pays), et cassent les vitres de leur véhicule. La veille, les journalistes avaient réalisé un reportage sur le meurtre d’un jeune homme par les forces spéciales de police "Lions" dans un café de la ville.
Le 16 juillet, un membre du parti VMRO-DPMNE lance une bouteille en verre au visage de Nina Kepeska, journaliste de la chaîne de télévision A1, et de Simon Ilievski, journaliste à Utrinski Vesnik et Channel 5, dans un restaurant d’Ohrid (sud-ouest du pays). Les journalistes avaient publié des articles critiques à l’égard du parti au pouvoir.
Dans la nuit du 23 au 24 septembre, trois personnes pénètrent dans les locaux de la radio Tumba, à Kumanovo, et frappent violemment le rédacteur en chef et journaliste Zoran Bozinovski, et menacent l’invité du programme nocturne, Redzo Balic. Hospitalisé dans un état jugé critique, le journaliste souffre de graves blessures à la tête et aux mains. Les agresseurs sont identifiés par leurs victimes comme appartenant aux forces spéciales "Lions". Zoran Bozinovski travaillait sur une affaire de corruption impliquant Dragan Daravelski, chef des douanes et haut représentant du principal parti de l’ancienne coalition au pouvoir (VMRO-DPMNE). L’un des agresseurs, arrêté par la police, est poursuivi par la justice.

Pressions et entraves

Le 15 mai 2002 à Leunovo, Daniela Veljanovska est grièvement blessée par des éclats de grenade alors qu’elle couvre pour le quotidien Dnevnik un exercice des forces spéciales "Lions". Suite à cet incident, le quotidien Dnevnik demande au ministre de l’Intérieur, Ljube Boskovski, de prendre ses responsabilités politiques et pénales. Celui-ci rejette la responsabilité sur le journal et son rédacteur en chef, les accusant d’avoir envoyé une journaliste qui n’était pas préparée à couvrir ce type d’exercice. Depuis, la rédaction du journal, la famille de la journaliste blessée et elle-même sont exposées à des pressions et des menaces provenant de membres des "Lions".
En mai, le site du journal Vest est piraté. Le site avait soulevé la question de la possible démission du ministre de l’Intérieur, Ljube Boskovski.
Le 14 août, le Groupe international de crise (ICG) publie un rapport sur la "corruption endémique" en Macédoine, la présentant comme une menace pour la stabilité du pays. Interrogé par les médias, le ministre de l’Intérieur menace les responsables de journaux et de magazines de peines de prison pour avoir propagé ce rapport "dans le but de détruire le gouvernement".
En août, pendant la campagne précédant les élections législatives du 15 septembre, le parti au pouvoir VMRO-DPMNE lance un boycott de la chaîne de télévision A1. Le parti ne diffuse aucun spot publicitaire sur la chaîne lors la campagne.
Le 6 septembre, Marjan Djurovski, journaliste de l’hebdomadaire Start, publie un article affirmant que le gouvernement s’apprête à déclencher une guerre dans le but de retarder les élections législatives. Le ministre de l’Intérieur menace le journaliste de poursuites judiciaires et prévient qu’il prendra d’autres mesures contre les journalistes. Depuis le 30 août, les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères dénoncent publiquement un complot des journalistes et des diplomates visant à déstabiliser le gouvernement macédonien.
Le 10 septembre, la maison d’édition de la compagnie BRO est attaquée par des hommes armés du Parti démocratique des Albanais (Demokratska Partija na Albancite), causant des dégâts matériels et un retard dans la publication du quotidien politique Global. Le propriétaire de Global et de l’hebdomadaire Start, Ljupco Pavlevski, déclare qu’avant cette attaque, le rédacteur en chef et le responsable de la distribution de Global ont reçu des menaces par téléphone prédisant que la maison d’édition allait être démolie. Cette attaque pourrait être liée à la publication dans Global, le 9 septembre, de deux articles critiques à l’égard du gouvernement. Dans la nuit du 10 au 11 septembre, la voiture de Ljupco Pavlevski est incendiée devant son domicile.
En septembre, Saso Ordanoski, rédacteur en chef du magazine Forum, journaliste à l’Institut for War and Peace Reporting (IWPR) et membre du comité de supervision anticorruption Transparency International, est menacé de licenciement pour avoir été trop souvent critique envers le gouvernement. Le ministère des Affaires étrangères a plusieurs fois affirmé que l’organisation IWPR est à la tête des ennemis extérieurs de la Macédoine. Saso Ordanoski affirme être constamment sous surveillance.



  liste pays europe
Introduction Europe et ex-URSS
Actualisation Europe et ex-URSS
Albanie
Allemagne
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Bélarus
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
France
Géorgie
Grèce
Irlande
Italie
Kazakhstan
Kirghizistan
Moldavie
Ouzbékistan
Pologne
Portugal
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
Russie
Serbie-Monténégro
Slovaquie
Suède
Tadjikistan
Turkménistan
Turquie
Ukraine

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Afrique
Rapport annuel 2003 Asie