Afrique Ameriques Asie Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Ouzbékistan


-  Superficie : 447 400 km2.
-  Population : 25 257 000.
-  Langues : ouzbek, russe, tadjik.
-  Nature de l’Etat : république.
-  Chef de l’Etat : Islam Karimov.

Ouzbékistan - Rapport annuel 2003

Malgré les effets d’annonce du président Karimov à l’attention des Occidentaux en faveur de la liberté de la presse, aucune information indépendante n’est tolérée en Ouzbékistan.

Le chef de l’Agence pour la protection des secrets d’Etat, Erkin Kamilov, a quitté son poste le 7 mai 2002 et, pour la première fois, les journaux paraissent le 13 mai sans avoir été au préalable soumis à la censure de cette institution. Ce qui apparaît, dans un premier temps, comme une abolition de la censure, intervient peu après la Journée internationale de la liberté de la presse du 3 mai, qui a rencontré un écho sans précédent dans toute la presse du pays. Le 10mai, à l’occasion d’une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Gerhard Schröder sur la télévision d’Etat, le président Karimov reconnaît que l’Ouzbékistan est "loin des standards internationaux" en matière de liberté de la presse. Pourtant, quelques jours plus tard, le président du Comité d’Etat pour la presse, Rustam Shagulyamov, met en garde les directeurs de six journaux officiels quant à leur entière responsabilité sur ce qu’ils seront amenés à publier. Il indique par ailleurs que l’Agence pour la protection des secrets d’Etat restera en place et continuera à contrôler le contenu des journaux. De fait, l’Etat possède le monopole des moyens d’impression et de distribution, et contrôle le système d’attribution des licences. L’information indépendante est régulièrement réprimée et aucun commentaire ne peut être publié sur l’existence d’une opposition, sur la criminalité, la corruption ou les différentes questions relatives au respect des libertés, des droits individuels et des minorités. L’emprisonnement et les pressions sont toujours utilisés par les services d’Etat à l’encontre des journalistes qui enfreignent cette interdiction.

Quatre journalistes emprisonnés

Le 18 août 1999, Jusuf Ruzimuradov, rédacteur en chef du journal d’opposition Erk, a été condamné à une peine de huit ans de prison. Menaces de viol à l’encontre de membres de sa famille, tortures et pressions psychologiques ont été utilisées afin d’obtenir ses aveux. Mohammed Bekjanov, journaliste de Erk, a également été condamné à une peine de quinze ans de prison. Tous deux sont accusés d’avoir voulu "renverser le pouvoir par la force", de "participation à une organisation illégale" et d’"insulte par voie de presse" au Président, un délit sanctionné par l’article 158.3 du code pénal.
Madjid Abduraimov
, de l’hebdomadaire Yangi Asr, a été arrêté le 10 mars 2001 et condamné, le 1er août 2001, à treize ans de prison pour corruption. Il est connu pour ses articles critiques vis-à-vis des autorités politiques et judiciaires.
Le 4 janvier 2002, Shadi Mardiev, journaliste de radio spécialisé dans les affaires juridiques, est libéré après ans cinq ans de détention, et un an avant la fin de sa peine, qui a été commuée à la faveur d’une amnistie présidentielle, prononcée le 22août 2001 à l’occasion du 10e anniversaire de l’indépendance de la République, en même temps que celle de vingt-cinq mille autres prisonniers. Arrêté en novembre 1997, Shadi Mardiev avait été condamné, le 3 août 1998 par la cour d’appel de Tachkent, pour "tentative d’extorsion de fonds" et "diffamation" à onze ans de prison, après avoir révélé, le 19juin 1997, des malversations dont se serait rendu coupable le procureur adjoint de Samarkand, Talat Abdukhalidha. Ce dernier accusait le journaliste d’avoir voulu lui extorquer de l’argent contre son silence. Shadi Mardiev était détenu dans une prison de la ville de Kizil-tepa, (région de Navoi, ouest de Samarkand), où son état de santé s’était gravement détérioré. Le 19 janvier 1999, le président Karimov avait rejeté la demande de remise en liberté de Shadi Mardiev, qui avait pourtant été victime à deux reprises d’une attaque cérébrale et d’un infarctus. La peine du journaliste avait été réduite de moitié suite aux décrets présidentiels des 30 avril 1999 et 28 août 2000. Spécialisé dans les affaires juridiques, Shadi Mardiev est reporter depuis 1964. Il avait travaillé pour la radio publique de Samarkand (Sud), où il animait l’émission "La Loi et Nous". A l’image de son animateur, l’émission était connue pour être sans compromis à l’égard des autorités.

Pressions et entraves

En juillet 2002, l’hebdomadaire Mohiyat publie un article du journaliste indépendant Karim Bakhriev sur la liberté de la presse, intitulé "Je serai tué si je parle, je mourrai si je ne le fais pas". Après la publication de cet article, le conseiller du Président, Akhmadzhon Meliboev, convoque Abdukayum Yuldashev, rédacteur en chef de Mohiyat, Zafar Roziev, fondateur du journal, et Alisher Nazar, rédacteur en chef adjoint, et leur fait signer un document les engageant à ne plus autoriser la parution de ce genre d’articles.
Le 26 juillet, Sobirjon Ergashev, correspondant du journal Inson va Qonun à Toy-Tepa (près de Tachkent), comparaît devant le tribunal local pour "extorsion de fonds". Il a dénoncé, dans une série d’articles, les malversations des autorités locales en charge de la répartition des terres agricoles. Les poursuites contre le journaliste ont été intentées par ces mêmes autorités, qui l’accusent d’avoir extorqué une somme de 500000soms (400euros environ) à plusieurs fermiers.
Le 31 décembre, Elena Urlaeva, militante des droits de l’homme et ancienne collaboratrice de l’émission d’information "Akhborot" sur la télévision d’Etat, est relâchée après quatre mois d’internement forcé dans un hôpital psychiatrique de Tachkent. Elle dénonçait la corruption du gouvernement et les abus des services de police.



  liste pays europe
Introduction Europe et ex-URSS
Actualisation Europe et ex-URSS
Albanie
Allemagne
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Bélarus
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
France
Géorgie
Grèce
Irlande
Italie
Kazakhstan
Kirghizistan
Macédoine
Moldavie
Pologne
Portugal
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
Russie
Serbie-Monténégro
Slovaquie
Suède
Tadjikistan
Turkménistan
Turquie
Ukraine

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Afrique
Rapport annuel 2003 Asie