Ameriques Asie Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Actualisation Afrique

Actualisation Afrique - Rapport annuel 2003

L’impunité a connu un net recul en Afrique subsaharienne en ce début d’année 2003. Le 31 janvier, un tribunal spécial de Maputo (la capitale du Mozambique) a condamné les assassins du journaliste Carlos Cardoso, tué en 2000, à des peines comprises entre 23 et 28 ans de prison. De plus, pendant les débats, les prévenus ont accusé le fils du chef de l’Etat, Nyimpine Chissano, d’avoir ordonné l’assassinat de Carlos Cardoso. Le procureur de la République a affirmé qu’une enquête était en cours pour déterminer les responsabilités éventuelles du fils du Président dans cette affaire.

L’autre signe encourageant de cette première partie de l’année est l’apaisement de la situation pour les journalistes en Côte d’Ivoire. Si leurs conditions de travail restent précaires, on ne recense plus d’arrestations ou d’agressions contre des reporters, qu’ils soient locaux ou étrangers. Par ailleurs, l’accord de Linas-Marcoussis, signé le 24 janvier, condamne "les incitations à la haine et à la xénophobie qui ont été propagées par certains médias" et entend donner plus de pouvoirs aux autorités de régulation des médias, afin de veiller au respect de l’éthique et de la déontologie professionnelles. Il compte également "garantir la neutralité et l’impartialité" des médias publics et "favoriser l’indépendance financière des médias". Seule ombre au tableau : le corps d’un journaliste de l’Agence ivoirienne de presse, retrouvé dans l’ouest du pays en mars, vraisemblablement exécuté par des miliciens libériens. Il est le premier journaliste tué en Afrique en 2003.

A l’autre bout du continent, l’Erythrée reste la plus grande prison d’Afrique pour les journalistes. Dix-huit professionnels de la presse sont toujours détenus au secret depuis septembre 2001, sans pouvoir donner de nouvelles à leurs familles. En avril, dans l’une de ses rares interviews, le chef de l’Etat, Issaias Afeworki, les a qualifiés "d’espions".

La censure est de retour en Guinée-Bissau, où la principale radio indépendante a été fermée par les autorités en février, et au Cameroun, où l’imprimerie d’Etat refuse désormais de mettre sous presse le seul quotidien privé du pays qui a consacré un dossier spécial à l’après-Paul Biya, le président de la République.

Fait rare, au Bénin, les journalistes sont descendus dans la rue pour protester contre l’agression de quatre d’entre eux par la police, début avril. L’Etat a pris les choses en main et la Haute Autorité de la communication a demandé des explications à la police.

Enfin, en République centrafricaine, après quelques jours de troubles au moment du coup d’Etat du 15 mars, le calme est revenu. La presse privée a repris des couleurs et n’hésite pas à attaquer de front le nouvel homme fort du pays, le général François Bozizé.



  liste pays afrique
Introduction Afrique - Rapport annuel 2003
01.Introduction Afrique-Rapport annuel 2003
Afrique du Sud
Angola
Botswana
Burkina Faso
Burundi
Cameroun
Cap-Vert
Comores
Congo
Côte d’Ivoire
Djibouti
Eryhtrée
Ethiopie
Gabon
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée équatoriale
Guinée-Bissau
Kenya
Liberia
Madagascar
Malawi
Mali
Mauritanie
Mozambique
Namibie
Niger
Nigeria
Ouganda
R.D. Congo
République centrafricaine
Rwanda
Sénégal
Seychelles
Sierra Leone
Somalie
Swaziland
Tanzanie
Tchad
Togo
Zambie
Zimbabwe

see also
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Europe
Rapport annuel 2003 Asie