Afrique Ameriques Asie Moyen-Orient Internet Nations unies
 
Tadjikistan


-  Superficie : 143 100 km2.
-  Population : 6 135 000.
-  Langues : tadjik, russe.
-  Nature de l’Etat : république.
-  Chef de l’Etat : Imamali Rahmanov.

Tadjikistan - Rapport annuel 2003

Malgré quelques gestes symboliques, comme l’annulation des charges retenues contre le journaliste d’opposition Dododjon Atovulloev, les autorités continuent à exercer de multiples pressions sur les journalistes indépendants et un strict contrôle sur les imprimeries, les attributions de licences d’émission et la ligne éditoriale des médias publics.

L’Etat contrôle les imprimeries de la capitale et la commission d’Etat pour la radio et la télévision, ce qui lui permet de censurer les articles de presse et de refuser d’attribuer des licences aux médias indépendants. La première radio indépendante de Douchanbé, Asia +, a commencé à émettre le 9 septembre 2002, mais après avoir attendu une réponse pendant près de quatre ans et essuyé un premier refus. Les autorités utilisent de multiples moyens de pression sur les journalistes et sur les médias indépendants, comme les saisies, les menaces, ou l’envoi forcé au service militaire de jeunes journalistes déjà trop critiques. L’annulation des charges retenues contre le journaliste d’opposition exilé Dododjon Atovulloev ne convainc ni les opposants au régime de Imamali Rahmanov, ni le journaliste qui craint d’être à nouveau menacé s’il rentre d’exil. Les délits de presse sont toujours considérés comme des infractions pénales : la diffamation simple est sanctionnée de deux années de prison, mais punie de cinq ans de prison lorsqu’elle concerne le chef de l’Etat. Le 18 décembre, les autorités tadjikes ont accueilli une conférence organisée par le représentant de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour la liberté des médias, Freimut Duve, qui a conclu à la nécessité d’introduire de nouvelles lois sur la presse, plus conformes aux standards internationaux.

Nouveaux éléments sur un journaliste tué avant 2002

Le 26 juillet 2002, le ministère de l’Intérieur déclare avoir arrêté un ancien combattant tadjik de l’opposition islamiste pour le meurtre en 1995 d’un journaliste de la BBC, Moukhouddine Olimpour. Le 12décembre 1995, le corps du correspondant à Douchanbé du service persan de la BBC avait été retrouvé dans la capitale, près de l’université d’Etat du Tadjikistan, tué de deux balles, dont une en pleine tête. Très connu dans son pays, le journaliste, qui était également photographe, cinéaste et homme de lettres, se consacrait à la couverture de l’actualité culturelle locale, mais rendait également compte des événements politiques et sociaux pour la radio britannique. Ses papiers n’avaient pas été dérobés après le meurtre.

Neuf journalistes interpellés

Le 28 octobre 2002, neuf jeunes journalistes des chaînes de télévision SM1 et TRK-Asia, qui participent à un séminaire de formation journalistique à Khujand (Nord), sont interpellés par la police militaire. Six d’entre eux sont relâchés, mais Akram Azizov, 21 ans, Nasim Rahimov, 20 ans, et Yusuf Yunusov, 21 ans, de SM1, sont envoyés à la base militaire de Khujand pour y faire leur service militaire, leurs confrères étant exemptés. Il sont affectés au service de communication de l’armée. Le 24 octobre, SM1 avait diffusé un documentaire, réalisé au cours de cette formation, sur les escadrons utilisés par les forces armées tadjikes pour traquer les jeunes devant participer au service militaire. Le reportage présentait des témoignages de jeunes hommes victimes de violences et des cas de conscription ignorant des certificats médicaux d’exemption. Le 5 novembre, Mahmudjan Dadabaev, directeur de SM1, reçoit des appels téléphoniques émanant des forces militaires, le menaçant de le tuer et de fermer sa chaîne.

Nouveaux éléments sur un journaliste en exil

Le 21 juin 2002, le procureur général adjoint Azizmat Imomov annonce que toutes les poursuites contre Dododjon Atovulloev, rédacteur en chef du journal d’opposition publié à Moscou Tcharogy Ruz, ont été abandonnées. Accusé de "diffamation contre la personne du président de la République" et d’"incitation à la haine nationale, raciale et religieuse", le journaliste avait été arrêté, le 5 juillet 2001, à l’aéroport Cheremetievo 2 à Moscou, alors qu’il était en transit entre Hambourg (Allemagne), son lieu de résidence depuis quelques mois, et Tachkent (Ouzbékistan) où il devait assister à une réunion. Grâce à l’intervention auprès des autorités russes de plusieurs gouvernements et organisations de défense des droits de l’homme, le journaliste n’avait pas été extradé et avait recouvré sa liberté quelques jours plus tard. Dododjon Atovulloev, qui a obtenu l’asile politique en Allemagne le 20mars2002, craint d’être menacé à nouveau s’il revient au Tadjikistan.

Pressions et entraves

Le 8 juillet 2002, la commission d’Etat pour la radio et la télévision refuse d’octroyer une licence d’émission de radio au groupe de presse indépendant Asia +, sous prétexte qu’une nouvelle radio n’est pas nécessaire à Douchanbé, alors qu’aucune radio indépendante n’émet dans la capitale. La demande de licence avait été déposée en août 1998. Suite à une intervention, le 29 juillet, du directeur d’Asia +, Umed Babakhanov, auprès du président Imamali Rahmanov et aux protestations des organisations de défense des droits de l’homme, la commission revient sur sa décision et autorise la radio Asia + à émettre dès le 9 septembre.
Mi-décembre, un envoyé de la mairie de Kurgan-Tyube (Sud-Ouest), accompagné de trois policiers, fait irruption dans les locaux de la chaîne de télévision indépendante Kurgan-Tyube et confisque les bandes d’un reportage sur les problèmes économiques et sociaux de la ville, sous prétexte qu’il ne plaît pas au maire, Subkhon Rakhimov. Le lendemain, le maire menace de fermer la chaîne s’il n’obtient pas un droit de censure sur ses programmes.



  liste pays europe
Introduction Europe et ex-URSS
Actualisation Europe et ex-URSS
Albanie
Allemagne
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Bélarus
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
France
Géorgie
Grèce
Irlande
Italie
Kazakhstan
Kirghizistan
Macédoine
Moldavie
Ouzbékistan
Pologne
Portugal
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
Russie
Serbie-Monténégro
Slovaquie
Suède
Turkménistan
Turquie
Ukraine

voir aussi
Rapport annuel 2003 Maghreb / Moyen-Orient
Rapport Annuel 2003 Amériques
Rapport annuel 2003 Afrique
Rapport annuel 2003 Asie