Afrique Ameriques Asie Europe Moyen-Orient Internet
 
Nations unies24.07.2003

Reporters sans frontières suspendue pour un an de la Commission des droits de l’homme des Nations unies
L’organisation publie un rapport "Marchandages, incompétences et non-action" qui détaille les dérives et les échecs de la Commission, et propose une réforme radicale

Le statut consultatif de Reporters sans frontières auprès des Nations unies a été suspendu pour un an à l’initiative de Cuba. L’organisation dénonce une "décision inique" et propose une réforme radicale de la Commission dans un rapport intitulé "Marchandages, incompétences et non-action".

Le 24 juillet 2003, le statut consultatif de Reporters sans frontières auprès des Nations unies a été suspendu pour un an à la demande de Cuba. Lors de l’inauguration de la dernière session de la Commission des droits de l’homme (CDH) à Genève, des militants de Reporters sans frontières avaient manifesté contre l’attribution de la présidence de la CDH au régime du colonel Kadhafi. Reporters sans frontières réaffirme que la présidence libyenne de la dernière Commission a été un déshonneur pour cette instance.

L’organisation n’a jamais été entendue par le Comité des ONGs qui a pris cette décision. Ce non-respect des procédures de sanction a été dénoncé par le gouvernement français qui a déposé une demande afin que le Comité des ONGs entendent Reporters sans frontières avant de prendre une décision. Mais cette demande a été rejetée. Cette sanction, à l’encontre de l’une des rares organisations de défense de la liberté de la presse disposant du statut consultatif auprès de l’ECOSOC, est une "décision dictatoriale" et une "mascarade", à l’image du fonctionnement de la Commission.

Aujourd’hui même, l’organisation publie un rapport qui détaille les dérives, les dérapages et les échecs de cette Commission dont les dictatures, notamment Cuba et la Chine, se sont emparées pour la vider de son sens. L’organisation propose une série de réformes nécessaires pour sauver la Commission : limiter le droit de vote aux Etats qui ont ratifié les principaux traités internationaux protégeant les droits de l’homme, nommer une personnalité indépendante à la présidence de la Commission ou supprimer la procédure de "non-action" qui empêche les débats.

Résultats des votes sur la suspension du statut consultatif de Reporters sans frontières :

Pour (27) : Azerbaïdjan, Bénin, Bhutan, Brésil, Burundi, Chine, Congo, Cuba, Egypte, Ethiopie, Ghana, Inde, Iran, Jamaïque, Kenya, Libye, Malaisie, Mozambique, Népal, Nigeria, Pakistan, Qatar, Fédération de Russie, Arabie saoudite, Afrique du Sud, Ouganda et Zimbabwe.

Contre (23) : Andorre, Australie, Chili, El Salvador, Finlande, France, Géorgie, Allemagne, Grèce, Guatemala, Hongrie, Ireland, Italie, Pays-Bas, Nicaragua, Pérou, Portugal, République de Corée, Roumanie, Suède, Ukraine, Grande-Bretagne et Etats-Unis.

Abstentions (4) : Argentine, Equateur, Japon et Sénégal.

-  Télécharger le rapport

PDF - 56.8 ko

-  Pour plus d’informations sur le sujet : Jean-Claude Buhrer et Claude Levenson : L’ONU contre les droits de l’homme, dans la rubrique Nouveautés

Editions Mille et Une Nuits