Afrique Ameriques Asie Europe Moyen-Orient Internet Nations unies
 


Ricardo González
Cuba

Ricardo González est directeur de la société Manuel Márquez Sterling, directeur du bimestriel De Cuba et correspondant de Reporters sans Frontières.

Il a été arrêté le 18 mars 2003, lors de la vague de répression sans précédent lancée par le gouvernement cubain. Jugé le 4 avril avec son ami, le poète et journaliste Raúl Rivero, il est condamné à 20 ans de prison, au terme d’un procès expéditif. Parmi les huit témoins à charge, des voisins et deux journalistes dissidents reconnus, qui se sont révélés être des agents de la sécurité infiltrés dans l’opposition. Ricardo González est accusé d’être un "agent" travaillant pour la Section des intérêts américains. Sa conduite est jugée "dangereuse" par le tribunal, qui insiste sur le caractère "exemplaire" des peines prononcées contre lui et Raúl Rivero. "Ce procès fut un cirque. Tout était dit d’avance" a commenté la femme de Raúl Rivero, Blanca Reyes, présente au procès.

Ancien journaliste de la télévision officielle, où il s’occupait des émissions pour enfants, Ricardo González rejoint, en 1995, l’agence indépendante Cuba Press. Correspondant de Reporters sans frontières à La Havane depuis 1998, il informe chaque semaine l’organisation sur les atteintes à la liberté de la presse dans l’île.

Il fonde en mai 2001 la société Manuel Márquez Sterling avec Raúl Rivero pour former les journalistes indépendants, souvent autodidactes. Cette démarche prend le contre-pied des autorités qui s’évertuent à les discréditer en répétant que ces journalistes "n’ont pas de diplômes".

En décembre 2002, il se lance avec ses collègues dans la publication du bimensuel De Cuba. La revue aborde des sujets ignorés par la presse officielle, tels que le racisme à Cuba ou le projet Varela, une campagne ayant recueilli plus de 11 000 signatures sur l’île pour réclamer des changements démocratiques par la voie constitutionnelle. Tiré à 250 exemplaires, le premier numéro est distribué dans le réseau de librairies indépendantes qui ont surgi dans l’île. C’est la première fois que des journalistes indépendants, jusqu’alors réduits à envoyer leurs articles à l’étranger, tentent de rompre le monopole de l’information imposé aux Cubains par le Parti communiste.

Aujourd’hui, contraint de se taire, détenu à Camagüey dans une prison située à plus de 500 kilomètres de La Havane où réside sa famille, Ricardo González ne se plaint pas. "Ils m’ont enfermé avec mon optimisme", confie-t-il à sa femme, Alida Viso Bello, en juin 2003.

Parrains :

Il y a plus de 16 ans, Reporters sans frontières mettait en place « le parrainage » et appelait les médias internationaux à soutenir un journaliste emprisonné. Plus de 200 rédactions dans le monde soutiennent ainsi un confrère en demandant régulièrement sa libération aux autorités concernées et en médiatisant sa situation pour que son cas ne tombe pas dans l’oubli. Ricardo González est ainsi soutenu par :

France
Ouest-France
France culture
Radio Classique
http://www.cubantrip.com
Radio Côte d’Amour
le Figaro
PACA Informations Economiques
Le Maine Libre
Le Télégramme de Brest et de l’Ouest
RFI
Amiens Métropole
Alternatives internationales
Témoignage Chrétien
le nouvel observateur
la semaine du pays basque
Okapi je bouquine

Belgique
Le Ligueur
Radio Nostalgie
La Dernière Heure

Canada
Ici
La Tribune
Star Phoenix
The Telegram
The Concordian
Corriere Canadese
Le Droit

Espagne
Cambio 16
La Vanguardia
El Pais
El Punt
Asociacion de la Prensa de Madrid
Servimedia
El Mundo
Tiempo


 

"Monsieur l’Ambassadeur,

Je me permets d’attirer votre attention sur le cas de Ricardo González, arrêtée le 18 mars 2003. A notre connaissance, ce journaliste n’a fait qu’exercer son métier, garanti par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Je vous demande donc d’intervenir auprès de votre gouvernement afin d’obtenir sa libération immédiate.

Veuillez agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de ma haute considération."



Identifiants personnels

Si vous avez un site Web, vous pouvez l'indiquer ci-dessous

Lien hypertexte (optionnel)