Egypte | 3.04.2008

La diffusion de la chaîne de télévision Al-Hiwar interrompue sur le satellite Nilesat

 

Le 1er avril 2008, l’opérateur semi-public égyptien Nilesat a retiré de son bouquet la chaîne de télévision privée Al-Hiwar sans fournir d’explications. Cette décision intervient moins de deux mois après la signature par les membres de la Ligue arabe d’une charte visant à contrôler le travail des télévisions satellitaires.

“La décision de Nilesat vient confirmer les craintes que nous avions énoncées lors de la signature par les Etats membres de la Ligue arabe d’une charte sur les médias. La menace a été mise à exécution et l’on craint aujourd’hui d’assister à une multiplication des mesures de censure envers les télévisions satellitaires qui critiquent les gouvernements du monde arabe. Cette décision arbitraire est intervenue sans qu’Al-Hiwar puisse se défendre ou déposer un recours”, a déclaré Reporters sans frontières.

La chaîne de télévision privée Al-Hiwar, basée à Londres, a été retirée du bouquet satellitaire égyptien Nilesat le 1er avril 2008. L’opérateur semi-public a refusé de justifier sa décision auprès des dirigeants de la chaîne. “Nous sommes un média indépendant et nous nous sommes toujours exprimés en toute liberté”, a déclaré Azzam Al-Tamimi, rédacteur en chef d’Al-Hiwar. Selon lui, la décision viendrait des “plus hautes instances égyptiennes”.

Par ailleurs, cette mesure de censure a coïncidé avec des propos durs tenus par Jamal Moubarak, fils du président égyptien, à l’encontre des télévisions satellitaires. Il les a qualifiées de “chaînes partisanes cherchant à porter atteinte à l’Egypte”.

L’Egypte occupe la 146e place sur 169 du classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières. L’organisation a publié, le 13 février, son rapport annuel 2008 sur la liberté de la presse dans le monde. Consulter le chapitre Egypte.

Sur le même sujet :

-  13.02.2008 : La Ligue arabe adopte des mesures pour contrôler les télévisions satellitaires

   
  Reporters sans frontières défend les journalistes emprisonnés et la liberté de la presse dans le monde. L'organisation compte neuf sections nationales (Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Espagne, France, Italie, Suède et Suisse), des représentations à Bangkok, Londres, New York, Tokyo et Washington, et plus de 120 correspondants dans le monde.
   
  © Reporters sans frontières 2008