Afrique Ameriques Asie Moyen-Orient Internet Nations unies
 



Procès Gongadze
Rappel des faits


Procès au jour le jour

12.02.2008

Reprise du procès des assassins présumés de Géorgiy Gongadze

Le 5 février 2008, le procès des assassins présumés du journaliste Géorgiy Gongadze a repris à Kiev. Le procureur a requis à l’encontre des trois prévenus, Mykola Protassov, Oleksandr Popovitch et Valeri Kostenko, des peines allant de 12 à 14 ans de prison.

« A l’occasion de la réouverture de ce procès, nous rappelons notre volonté de voir enfin condamnés les assassins du journaliste ukrainien Géorgiy Gongadze. Nous espérons que tous les commanditaires de ce crime seront identifiés, jugés et condamnés », a déclaré Reporters sans frontières.

Au début du mois de février, l’adjoint au procureur général d’Ukraine, Mykola Golomsha, avait annoncé qu’il attendait les résultats de l’expertise des enregistrements effectués par l’ancien garde du corps de Leonid Koutchma, Mykola Melnichenko. Dès qu’ils seront connus, le tribunal pourrait porter des accusations officielles contre « certaines personnes » accusées d’avoir organisé l’assassinat de Géorgiy Gongadze.

Géorgiy Gongadze, 31 ans, écrivait de nombreux articles sur des affaires de corruption impliquant des membres du gouvernement de Léonid Koutchma, l’ancien président ukrainien. Il militait activement pour une plus grande liberté de la presse dans son pays et avait créé en avril 2000 un journal en ligne, Ukrainskaïa Pravda, dont il était rédacteur en chef. Le 16 septembre 2000, Géorgiy Gongadze avait été kidnappé. Le 2 novembre, un corps décapité ainsi qu’un crâne - expertisés comme étant les siens - avaient été retrouvés près de Kiev.



25.07.2007 - Reprise du procès en appel des assassins du journaliste Géorgiy Gongadze

Le 18 juillet 2007, le procès des assassins du journaliste Géorgiy Gongadze a repris à Kiev. Selon Valentyna telychenko, l’avocate de Myroslava Gongadze, l’épouse du journaliste assassiné, le parquet a demandé la conduite de nouvelles expertises médicales. Chaque accusé devra se soumettre à une expertise psychologique et psychiatrique. Une audience a eu lieu à huis clos le 24 juillet.



29.08.2006 - Lessia Gongadze se retire du procès

Lessia Gongadze, la mère du journaliste assassiné Géorgiy Gongadze, a annoncé qu’elle ne s’impliquerait plus dans le procès des assassins de son fils. Elle a également rompu tout contact avec son avocat, Andriu Fedur.

Lessia Gongadze a déclaré au journal Deutsche Welle qu’elle n’avait aucune confiance, et ce depuis le début, quant au bon déroulement du procès. Elle est très sceptique sur la réelle culpabilité des assassins présumés.

La prochaine audience est toujours fixée au 14 septembre 2006.



17.07.2006 - La veuve de Géorgiy Gongadze entendue pour la première fois par la cour de Kiev

Myroslava Gongadze a été interrogée les 12 et 13 juillet 2006 dans le cadre du procès des assassins de son mari. Elle a été interrogée sur l’activité professionnelle de Géorgiy Gongadze, de ses thèmes de prédilection et de ses contacts professionnels privilégiés. Les questions de la cour ont aussi porté sur les ressources financières dont il disposait pour réaliser le journal en ligne Ukrainskaïa Pravda, dont il était le directeur.

A la suite de son audition, Myroslava Gongadze a déclaré à la presse qu’elle allait porter plainte contre les anciens procureurs généraux, précédemment chargés de l’affaire, Mykhaylo Potebenko, Hennady Vasiliev et Svyatoslav Piskoune, pour le retard considérable que l’enquête a prise.

Une responsable de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, a dénoncé, le 12 juillet, la lenteur du procès. Elle a demandé aux autorités de faire plus pour retrouver ceux qui ont ordonné aux trois suspects actuellement jugés par la cour de Kiev d’assassiner le journaliste. Sabine Leutheusser-Schnarrenberger est chargée d’un rapport d’enquête sur les crimes commis en Ukraine par de hauts responsables de l’Etat quand l’ancien président Leonid Koutchma était au pouvoir.

La prochaine audience est reportée au 14 septembre 2006.



29.06.2006 - Le corps de Géorgiy Gongadze pourrait enfin être inhumé

L’audience qui devait initialement se tenir le 20 juin 2006 a été reportée à une date ultérieure pour cause de maladie de l’avocat de Mykola Protassov, l’un des trois policiers accusés de l’assassinat du journaliste Géorgiy Gongadze, en 2000. Le 26 juin, son interrogatoire s’est poursuivi. Les juges ont comparé sa déposition avec celle d’Oleksandr Popovitch, conducteur du véhicule transportant la victime. D’après Valentina Telitchenko, qui représente les intérêts de la veuve de Géorgiy Gongadze, Myroslava Gongadze, les deux dépositions concordent.

Le procureur général a, par ailleurs, donné son accord pour que le corps du journaliste soit remis à sa mère, Lessia Gongadze, afin de procéder à son inhumation.

La presse ukrainienne a publié de récentes déclarations de la mère de la victime qui refuse d’attester que le corps retrouvé est bien celui de son fils. Une expertise, demandée par Reporters sans frontières en janvier 2003, avait pourtant confirmé à 99,991% le lien de parenté entre Lessia Gongadze et les restes du corps du journaliste assassiné, retrouvés à Tarachtcha. La mère de la victime avait alors accepté de faire inhumer le corps.

Myroslava Gongadze, réfugiée aux Etats-Unis, a déclaré qu’elle serait prête à revenir en Ukraine au mois de juillet pour l’enterrement de son mari, si la mère donnait son accord.



15.06.2006 - Reprise du procès Gongadze le 20 juin pour l’interrogatoire d’un second suspect

L’audition d’Oleksandr Popovitch, un des quatre assassins présumés de Géorgiy Gongadze, s’est poursuivie le 25 mai 2006, toujours à huis clos. Le 26 mai, l’audience a été ajournée au 9 juin car un des juges a dû s’absenter pour une autre affaire. Le 9 juin, la cour a terminé l’interrogatoire d’Oleksandr Popovitch.

Lors de la prochaine audience qui aura lieu le 20 juin, les juges poursuivront l’interrogatoire d’un autre accusé, Mykola Protassov, commencé le 9 juin.

Par ailleurs, Reporters sans frontières prend acte du projet du maire de Kiev d’élever un monument à la mémoire de Géorgiy Gongadze et d’autres journalistes, victimes de la répression contre la liberté d’expression en Ukraine. Le maire, Leonid Tchernovetski, doit déterminer à la fin de la semaine la forme et l’emplacement de ce monument.



18.05.2006 - L’audition de l’un des quatre assassins présumés a commencé

La cour a commencé l’audition d’Oleksandr Popovitch, l’un des trois officiers de police ayant participé à l’enlèvement et à l’assassinat du journaliste.

Par ailleurs, la cour d’appel de Kiev a écouté, le 16 mai 2006, les conclusions de l’expert mandaté par l’Etat, Volodymyr Yevdokimov, sur l’accès aux documents classés secrets dans l’assassinat de Géorgiy Gongadze. L’expert a autorisé l’accès à ces informations aux représentants du ministère public et à la défense. Volodymyr Velychko, le représentant de Myroslava Gongadze, épouse de la victime, n’a pas présenté sa demande à temps et ne pourra y accéder qu’ultérieurement.

La prochaine audience aura lieu le 25 mai.



20.04.2006 - « Ce n’est pas un procès mais une parodie »

читать на русском

Le président ukrainien Viktor Iouchtchenko a demandé au responsable de la sécurité, Anatoliy Kinzkh, et au chef des services secrets ukrainiens (SBU), Ihor Dryzhchany, de permettre à Lessia Gongadze d’accéder à des informations classées « secret d’Etat », concernant le meurtre de son fils. Le chef de l’Etat est convaincu que le procès doit être ouvert au public. Il a adressé une requête au bureau du procureur général et à la Cour, leur demandant de rendre publics les interrogatoires dès que possible.

Lessia Gongadze, quant à elle, est convaincue que le dossier n’a pas connu d’évolution depuis l’arrivée de Viktor Iouchtchenko à la tête de l’Etat. Lors d’une interview accordée au magazine Profile , datée du 3 avril, elle avait accusé l’ancien président Koutchma d’avoir fait traîner l’affaire, avant d’ajouter que lui, tout comme Viktor Iouchtchenko, n’étaient pas des hommes libres. « Si même le président Iouchtchenko ne peut rien faire pour éclaircir cette affaire, alors il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce pays », a-t-elle déclaré, qualifiant le procès de « parodie ».



22.03.2006 - Nouvelle entrave au déroulement du procès Gongadze

читать на русском

Un expert officiel a estimé que certaines pièces du dossier Gongadze devraient désormais être classées « secret d’Etat ». Par conséquent, l’accès au tribunal sera désormais limité. Les deux avocats de Lessia Gongadze, Andriy Fedur et Volodymyr Prykhodko, devront demander uen autorisation pour accéder aux prochaines audiences où seront évoquées ces pièces.

Par ailleurs, ces derniers ont demandé à la Cour de leur accorder un délai suffisant pour examiner les conclusions des experts de l’Institut de Munich, qui avaient examiné le corps de Géorgiy Gongadze, le 25 janvier 2006. Lessia Gongadze pourra également consulter les résultats de cette expertise.

La Cour a décidé d’interrompre les audiences pour « une durée indéterminée ».



17.02.2006 - Déclaration inattendue du ministre de l’Intérieur. Sans suite...

читать на русском

Le ministère de l’Intérieur ukrainien, Youri Lutsenko,a déclaré ne pas être opposé à ce que le procès soit rendu public, compte tenu « de la résonance qu’a prise cette affaire dans la société ukrainienne ».



16.02.2006 - La cour d’appel a besoin de temps pour examiner certains documents et reporte à nouveau le procès

читаьб на русском

Le procès a encore une fois été reporté, jusqu’à nouvel ordre. La cour d’appel de Kiev a estimé avoir besoin de temps pour examiner certains documents afin de déterminer s’ils devaient être ou non classés « secret d’Etat ». Sur la base de ces conclusions, le procès pourrait être rendu public...



16.02.2006 - La famille Gongadze veut entendre les hommes politiques impliqués dans l’affaire

читать на русском

Un des avocats représentant la famille de Géorgiy Gongadze, Andriy Fedur, a une nouvelle fois demandé l’ouverture du procès au public et aux médias. L’avocat a également demandé à la cour d’interroger l’ancien président Léonid Koutchma, Volodymyr Litvine, président du Parlement, Mykola Melnitchenko, ancien officier de la garde présidentielle, mais aussi Viktor Iouchtchenko, l’actuel président. La voix de ce dernier a été reconnue sur les fameux « enregistrements Melnitchenko ». « Le président Iouchtchenko n’est pas impliqué dans le meurtre de Gongadze, mais s’il venait à confirmer que les enregistrements sont authentiques, il pourrait nous donner certains détails importants », a déclaré Andriy Fedur.



14.02.2006 - Le président Iouchtchenko demande l’ouverture du procès au public et aux médias

читать на русском

Viktor Iouchtchenko s’est adressé en personne à la cour d’appel de Kiev pour demander l’ouverture du procès Gongadze au public et aux médias.



13.02.2006 - Olexi Poukatch, toujours recherché par la police, se trouverait en Russie ou en Israël

читать на русском

Des recherches sont toujours en cours pour tenter de retrouver Olexi Poukatch, l’ancien chef du renseignement du ministère de l’Intérieur et quatrième assassin présumé de Gongadze. Le ministre de l’Intérieur, Youri Lutsenko, n’exclut pas l’hypothèse qu’Olexi Poukatch, sous le coup d’un mandat d’arrêt international, se trouve en Russie ou en Israël.



10.02.2006 - Deux des trois assassins présumés ont plaidé coupable

читать на русском

Un premier pas vers l’élucidation du meurtre du journaliste vient d’être franchi aujourd’hui, puisque deux des trois assassins présumés de Géorgiy Gongadze ont plaidé coupable pour tous les chefs d’accusation portés contre eux. Le troisième a plaidé coupable pour une partie d’entre eux. « Une étape importante vient d’être franchie dans le déroulement du procès. Il n’est pas rare qu’à cette étape, les présumés coupables se déclarent innocents, soutiennent qu’ils ont été manipulés. Mais cela n’a pas eu lieu ici, grâce à la qualité de l’enquête menée et des preuves irréfutables », s’est réjoui le représentant du parquet, Vladimir Chilov, au journal Sevodnia...

Le procureur n’a pas précisé qui avait partiellement avoué sa culpabilité, conformément à la loi en vigueur, interdisant de révéler leur nom jusqu’à la prononciation du verdict.

D’après le quotidien Sevodnia, Mykola Protassov et Valeriï Kostenko ont plaidé leur entière culpabilité, alors qu’Oleksandr Popovitch a plaidé coupable seulement en partie. Celui-ci estime ne pas avoir pris directement part au meurtre de Géorgiy Gongadze. Il était au volant de la voiture dans laquelle le journaliste a été enlevé et emmené jusqu’au lieu du meurtre.



10.02.2006 - Le chef de l’administration présidentielle demande l’ouverture du procès au public et aux médias

читать на русском

Oleg Rybachuk, chef de l’administration présidentielle, s’est adressé au nom du président Iouchtchenko aux organisateurs du procès et aux autorités judiciaires et a demandé que le procès Gongadze soit ouvert au public lors de la prochaine audience du 16 février. Deux jours auparavant, il s’était rendu à la cour d’appel de Kiev pour lui faire part de l’indignation du président face à la tenue du procès à huis clos.



8.02.2006 - Les « enregistrements Melnitchenko » révèlent l’implication de nombreux hommes politiques dans l’affaire Gongadze

lire en russe

Les conversations enregistrées dans le bureau de l’ancien président Léonid Koutchma ont révélé les noms de plusieurs hommes politiques qui pourraient être impliqués dans le meurtre du journaliste. On compte parmi eux Léonid Koutchma, ancien président, qui serait à l’origine de l’enlèvement et de l’assassinat du journaliste. Volodymyr Litvine, ancien chef de l’administration présidentielle, serait l’autre commanditaire de cet assassinat. Mykola Melnitchenko, ancien officier de la garde présidentielle, a quant à lui enregistré les conversations dans le cabinet de Koutchma. D’autres noms viennent s’ajouter à la liste des responsables politiques liés à cette affaire : Evgueni Martchouk dirigeait, au moment de la disparition de Gongadze, le Conseil de sécurité et de défense de l’Ukraine et avait déclaré, il y a quelques années, connaître plusieurs détails de l’affaire. Léonid Derkatch dirigeait le service de sécurité qui, dans les faits, était chargé de surveiller Gongadze. Enfin, Olexandr Volkov, député, oligarque, et ancien conseiller du président Koutchma aurait également joué un rôle dans l’affaire.



8.02.2006 - Plus de 47 témoins pourraient comparaître

lire en russe

Alors que le procès a déjà débuté depuis plusieurs semaines, de nombreux témoignages sont encore à recueillir : Vladimir Chilov, représentant du parquet, a déclaré lors d’une interview accordée à Kommersant Ukraina, que le tribunal envisageait d’interroger 47 personnes, dont la moitié à huis clos, en particulier des collègues du journaliste tels que la rédactrice en chef de Zerkalo Nedeli, Ioulia Mostovaïa ou la présentatrice de « Studii 1/1 » , Lioudmila Dobrovolskaïa. Des personnes citées par l’un des assassins présumés, Oleksandr Popovitch, seront à nouveau interrogées. Vladimir Chilov a également déclaré qu’à ce stade de l’affaire, il ne voyait pas l’utilité d’interroger l’ancien président Léonid Koutchma...



8.02.2006 - Nouveau report du procès Gongadze

Reporters sans frontières dénonce le nouveau report du procès des assassins présumés du journaliste Géorgiy Gongadze, en raison du mauvais état de santé de l’un des trois accusés.

A la demande d’Oleksandr Popovitch, s’estimant trop fragile pour continuer les interrogatoires, la cour d’appel de Kiev a ajourné le procès au 16 février prochain. Irina Grigorieva, la juge chargée de l’affaire, a estimé que ce délai serait suffisant pour permettre à l’accusé de recevoir le traitement médical nécessaire à son rétablissement.

Reporters sans frontières s’étonne de la décision de la juge, qui accepte toutes les requêtes des accusés depuis le début du procès et a rejeté celle de l’avocat de la famille de la victime, qui se bat pour que le procès soit public.

L’organisation dénonce la lenteur de ce procès qui ne fait qu’arranger bon nombre d‘hommes politiques ne souhaitant pas entendre leur nom cité dans cette affaire, à quelques semaines des élections législatives.

Le procès Gongadze pourrait ainsi s’étendre sur plusieurs mois, avec plus de cinq reports depuis son ouverture le 9 janvier.



6.02.2006 - Le procès Gongadze piétine

Reporters sans frontières dénonce la lenteur du procès des trois policiers soupçonnés d’avoir assassiné le journaliste Géorgiy Gongadze. L’audience a une nouvelle fois été reportée, en raison du malaise de deux des trois accusés, le 2 février.

Mykola Protassov et Oleksandr Popovitch souffrent d’hypertension et leur mauvais état de santé a contraint le tribunal, le 2 février, à faire intervenir les premiers secours. La juge Irina Grigorieva avance l’hypothèse d’un lien entre le malaise des deux accusés et la présence de certains députés dans la salle d’audience.

C’est la seconde fois que Mykola Protassov fait appel à une aide médicale depuis le début de son interrogatoire. Le procès connaît donc une énième interruption. Débuté le 9 janvier, celui-ci progresse très lentement, en raison notamment de certains reports d’audience beaucoup trop longs (parfois jusqu’à deux semaines).

La prochaine audience aura lieu le 8 février et se tiendra à huis clos, les juges ayant une nouvelle fois rejeté la demande de l’avocat de Lessia Gongadze, de rendre le procès public.



25.01.2006 - « Le procès Gongadze ne doit pas se tenir à huis clos ! »

lire en russe

Reporters sans frontières est surprise et préoccupée par la décision de la juge Irina Grigorieva, en charge du procès du journaliste assassiné en 2000, de tenir les audiences à huis clos. La juge refuse l’accès du tribunal aux journalistes, s’appuyant sur l’article 40 du Code pénal et déclarant que certaines informations dévoilées par les assassins présumés relèvent du secret d’Etat. Les interrogatoires des accusés, l’examen des dossiers et l’annonce du verdict se dérouleront portes closes.

« La juge reconnaît le caractère hautement politique de ce procès et refuse de lui accorder toute la transparence qui s’impose. Cette décision est inadmissible et renforce nos craintes quant au dénouement de l’affaire Gongadze. Ce procès est un véritable test pour la jeune démocratie ukrainienne et le nouveau président Viktor Iouchtchenko. Celui-ci avait fait de la résolution de cette affaire l’une de ses priorités. Mais il semble que certaines personnalités impliquées dans ce dossier aient encore le pouvoir nécessaire pour éviter que toute la lumière soit faite », a déclaré Reporters sans frontières.

Le président Viktor Iouchtchenko, élu en janvier 2005, avait déclaré en mars dernier que l’élucidation de l’assassinat de Géorgiy Gongadze, directeur du journal en ligne Ukraïnska Pravda, constituerait une priorité. Valery Kostenko, Mykola Protassov et Oleksandr Popovitch, trois policiers accusés d’avoir exécuté le journaliste, sont jugés à Kiev depuis le 9 janvier 2006, date d’ouverture du procès. Mais celui-ci n’a guère duré plus d’une heure, la juge prétextant un manque de place dans la salle d’audience où seule une poignée de journalistes ont pu accéder. La reprise du procès n’a eu lieu que quinze jours plus tard, le 23 janvier.

La juge avait également déclaré le 23 janvier qu’elle s’opposait à la comparution en qualité de témoins des hauts responsables ukrainiens, dont l’ancien président Leonid Koutchma et l’actuel président du Parlement, Volodymir Litvine, soupçonnés d’être les commanditaires du crime. Elle est revenue hier, mardi 24 janvier, sur sa décision.







dans ce pays
2.06 - Ukraine
Mort d’un témoin clé de l’affaire Gongadze : “Un coup dur de plus dans la recherche de la vérité”, selon Reporters sans frontières
15.03 - Ukraine
Trois anciens policiers condamnés pour l’assassinat de Géorgiy Gongadze : "Une décision encourageante, mais il reste à identifier les commanditaires", selon Reporters sans frontières
12.02 - Ukraine
Reprise du procès des assassins présumés de Géorgiy Gongadze
14.09 - Ukraine
Septième anniversaire de la mort de Géorgiy Gongadze : où est la volonté politique de résoudre cette affaire ?
27.08 - Ukraine
Un photographe agressé, la rédaction d’un quotidien menacée

dans le rapport annuel
Ukraine - Rapport annuel 2002
Ukraine - Rapport annuel 2003

Communiqués Europe
4.06 - Kosovo
La diffusion de Rrokum TV toujours suspendue par IPKO
2.06 - Turquie
La journaliste Aylin Duruoglu injustement incarcérée depuis un mois !
2.06 - Russie
Une journaliste russe, condamnée pour avoir révélé des faits de torture, demande l’asile en Finlande
29.05 - France
Le parquet fait appel de la relaxe de la journaliste Isabelle Cottenceau : Reporters sans frontières « consternée »
28.05 - France
Le retrait de Choc annulé, mais la photo devra être occultée. Une décision “regrettable”, selon Reporters sans frontières

les archives europe
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000

Rapports
5.02.2009 - Bulgarie
Entre résignation et résistance : la presse à l’épreuve
28.01.2009 - Russie
Rapport d’enquête : Le double assassinat à Moscou aurait un lien avec l’agression du journaliste Mikhaïl Beketov
27.06.2008 - Turquie
Rapport d’enquête sur la détention du journaliste Haci Bogatekin : emprisonné depuis plus de deux mois, il risque dix ans et demi de prison
3.05.2008 - Journée internationale de la liberté de la presse
Union européenne : des journalistes en danger
23.12.2007 - Ouzbékistan
Election présidentielle : Islam Karimov partout, les élections nulle part !
16.03.2006 - Bélarus
Rapport d’enquête : "L’acharnement contre les médias érigé en système"
18.05.2005 - Azerbaidjan
Assassinat d’Elmar Husseynov : l’enquête ne doit pas s’arrêter aux exécutants
29.04.2004 - Roumanie
Entre vieux réflexes et avancées démocratiques, la presse roumaine à la croisée des chemins
10.12.2003 - Azerbaïdjan
Dégradation de la liberté de la presse depuis l’élection de Ilham Aliev à la présidence
25.11.2003 - Recommandations
Lois en matière de diffamation et d’offense : Quels moyens mettre en œuvre pour dépénaliser la diffamation et abroger les lois sur l’offense ?
23.04.2003 - Italie
Conflit d’intérêts dans les médias : l’anomalie italienne
5.11.2002 - Russie
Les médias régionaux victimes des luttes de pouvoir : l’exemple de Penza
4.07.2002 - Ukraine
Rapport Alexandrov
29.04.2002 - Biélorussie
Rapport sur les atteintes à la liberté de la presse en République du Bélarus
20.01.2001 - Ukraine
La vérité mutilée
21.11.2000 - Serbie
Radiotélévision de Serbie : chronique d’un martyre annoncé-1ère partie
21.11.2000 - Serbie
Radiotélévision de Serbie : chronique d’un martyre annoncé-2e partie
21.11.2000 - Serbie
Radiotélévision de Serbie : chronique d’un martyre annoncé-3e partie

Signez les pétitions
Ouzbékistan
Jusuf Ruzimuradov
France
Presse Libre ! Signez l’"Appel de la Colline" de Mediapart et Reporters sans frontières